Depuis le début de ce conflit, JCall a publié deux communiqués que vous pouvez retrouver sur notre site en français ou en anglais :

http://jcall.eu/

Dans le premier, publié le 11 juillet, nous affirmions notre solidarité avec la population civile israélienne qui était sous les roquettes. Pour nous, le premier responsable de cette nouvelle escalade était le Hamas qui, en tirant sur les villes israéliennes, cherchait à tuer des civils pour en tirer un crédit politique. Mais nous reconnaissions également que la politique menée depuis des années par Israël, en n’offrant aucune perspective politique aux Palestiniens, était aussi responsable de la situation actuelle.

Nous concluions ce communiqué en appelant la communauté internationale à ne pas laisser, en cas de cessez-le-feu, s’installer un retour à l’immobilisme, citant David Grossman pour qui « la paralysie n’est pas une politique mais une maladie qu’il faut soigner ».

voir l’intégralité de notre communiqué :

http://fr.jcall.eu/communiques/du-vide-politique-au-retour-de-la-violence

Le 23 juillet, dans l’attente d’un cessez-le-feu qui tarde à venir, nous rappelions qu’il n’y a pas de solution militaire à ce conflit dont les premières victimes sont d’abord les populations civiles. Nous réitérions notre appel à la communauté internationale lui demandant, notamment, de proposer aux deux parties l’accord-cadre qui a été négocié pendant de longs mois par l’intermédiaire des Américains. Nous déplorions, par ailleurs, les manifestations, qui sous couvert de soutien à la Palestine, s’étaient transformées en de violentes  manifestations antisémites.

voir l’intégralité de notre communiqué :

http://fr.jcall.eu/communiques/proche-orient-revenir-au-dialogue-politique