Depuis la proclamation des résultats ce 9 novembre 2016, on n’entend plus que ça sur les ondes françaises : surprise, dégoût, horreur, scandale…

Trump nouveau président des Etats-Unis !

Mais il faut dépasser cette émotion exprimée depuis les bords de la Seine et New-York qui est complètement coupée de l’Amérique profonde.

Essayons froidement de comprendre ce qui se passe.

Depuis la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS, le monde a changé.

Les peuples se sont repliés un peu partout sur eux-mêmes. Ils ont le sentiment que leur classe politique est coupée de leur quotidien, ils sont effrayés par tous ces accords internationaux, Bruxelles…

Un peu partout en Europe, les dernières élections ont vu des succès de partis extrémistes et la Grande-Bretagne, qui a inventé la démocratie, veut quitter l’Europe.

Aux Etats-Unis, c’est la même chose. Les Américains ont peur d’eux-mêmes et de l’avenir.

Les trois thèmes qui ont dominé la campagne électorale ont été : la situation économique, le terrorisme et la politique de santé.

La classe moyenne a voté pour le populiste Donald Trump qui n’a pas hésité à identifier des boucs-emissaires.

Mais elle espère que Trump va les rassurer, trouver des solutions, et lui redonner la fierté d’être américains.

C’est dans ce contexte socio-politique qu’il faut replacer la victoire du candidat.

Place maintenant au président !

L’expérience apprend que quelques fois il y a un changement dès qu’on accédé au pouvoir.

Wait and see !

Une remarque finale.

Il y a au printemps prochain une élection qui concerne plus directement les lecteurs français du Times of Israël en français .

Il faudrait prendre d’ores et déjà des précautions pour ne pas se réveiller avec la gueule de bois le 7 mai 2017.