Nous assistons aujourd’hui à l’entreprise de dénigrement et de diabolisation d’Israël la plus incroyable, la plus hypocrite et la plus insensée qu’il soit !

Depuis quelque temps, tous les responsables européens et américains distillent insidieusement dans la presse les prémices de leurs actions à venir !

Ils fourbissent leurs armes en catimini, aiguisent leurs couteaux et préparent les textes de sanctions et autres condamnations dont ils pensent qu’ils contraindront Benjamin Netanyahu à plus de concessions unilatérales !

Dès que « l’accord de soumission » à un Iran nucléaire sera signé, ils se rueront à l’ONU et devant les tribunaux internationaux afin de lâcher leurs chiens enragés sur l’état juif !

Tout cela participe de la plus infâme malhonnêteté intellectuelle car comment peuvent ils ignorer, alors que nous, citoyens lambda le savons depuis des lustres, que les dirigeants palestiniens, Mahmoud Abbas en tête, ne sont pas intéressés par un accord de paix ?

Et les signes de ce désintérêt sont limpides pour qui analyse objectivement les faits :

Qui a refusé une proposition plus que généreuse d’Ehud Olmert, couvrant à peu près l’ensemble de ses revendications, allant même jusqu’à provoquer l’ire d’un Osni Moubarak outré par tant de mauvaise foi ?

Qui, par ses actions unilatérales auprès des instances internationales, viole impunément les accords d’Oslo qu’il s’était pourtant engagé à respecter ?

Qui continue, au travers des manuels scolaires agrées par ses soins et financés par la communauté européenne, à inculquer la haine des israéliens, et par extension, celle des juifs tout court, aux futures générations ?

Qui, par ses diatribes haineuses et son système de versement de rentes aux familles d’activistes emprisonnés ou tués, encourage le terrorisme ?

Qui, afin d’être certain de ne pas être exaucé, exige le retour de quatre ou cinq millions de pseudos « réfugiés » en Israël, réglant de facto, son compte à toute idée d’état juif ?

Comment accorder du crédit à une administration incapable d’unifier toutes les composantes de sa société et soumise par la force aux diktats de groupes terroristes ?

Mais, au delà, comment imaginer que les responsables occidentaux puissent ignorer les raisons pour lesquelles l’exécutif palestinien de Ramallah, comme les chefs terroristes de la bande de Gaza, ne sont pas intéressés par un accord de paix ?

Elles sont pourtant simples et somme toute logique eut égard à la mentalité moyen orientale :

Pourquoi tenteraient-ils d’obtenir un peu par la négociation quand ils peuvent maintenir le statu quo actuel et la manne des aides internationales qui va avec, tout en faisant condamner et sanctionner Israël ?

Pourquoi tuer la « poule aux oeufs d’or » puisqu’aux yeux de tous, ils sont les « victimes » dans cette affaire ?

Pourquoi devraient-ils gérer un budget national dont tout le monde sait que non seulement il ne sera pas viable, mais qu’en plus, il les obligerait à justifier les sommes perçues et stopperait net la corruption galopante qui sévit à tous les étages de l’establishment palestinien ?

Comment pourraient-ils lever des impôts et taxes alors qu’au jour de son inauguration, le premier centre des contributions (offert par la France) s’est vu détruire par des manifestants déchaînés à l’idée même du moindre prélèvement fiscal ?

Pourquoi faire la paix quand la guerre, la victimisation et l’orchestration de leur « misère » rapportent autant et à coup sûr ?

Pourquoi prendraient-ils la responsabilité d’être ceux qui auront trahi leur « cause » et leurs « martyrs » aux yeux de leurs congénères ?

Enfin et surtout, pourquoi signeraient-ils une paix qui sonnerait le glas de leur rêve chimérique d’un état s’étendant « du Jourdain à la méditerranée »!

Qui pourrait ne pas ignorer cela au sein du concert des Nations, en vérité si cacophonique qu’il en devient assourdissant ?

Mais le peuple israélien a, fort heureusement, placé à sa tête un homme et un gouvernement capables de résister à la pression diplomatique et aux menaces de sanctions.

Nul doute qu’avec l’aide de Dieu, Israël saura déjouer leurs plans et sortir plus fort encore de cette cabale qui se profile !