Depuis les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, nous sommes en droit de nous questionner sur l’avenir de l’islam en France.

Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) à été créé en 2003. Depuis sa création, le CFCM est souvent critiqué par les musulmans de France pour son manque de transparence.

Les derniers attentats nous amènent à faire un bilan de la société musulmane Française.

Formation des Imams

Comme nous avons pu nous en apercevoir, n’importe qui peut se prévaloir de ce titre. Il n’y a pas comme chez les chrétiens de séminaire ou pour les juifs de Séminaire Israélite qui forment les ministres des cultes.

Aumôniers des prisons

Les aumôniers des prisons de confession musulmane ne sont pas formés. Bien sûr ces aumôniers reçoivent un agrément du ministère de la Justice mais sur quelle base ?

Associations

Nous voyons beaucoup d’associations musulmanes sur notre territoire mais qui les contrôle ?

Représentativité du CFCM

Depuis de nombreuses années, le CFCM est dirigé par l’Algérie. Bientôt, le Maroc prendra le pouvoir. Pourquoi les musulmans d’Afrique ou d’autres pays ne sont-ils pas représentés ?

Après avoir fait ce constat, examinons calmement d’autres domaines de réflexion :

Environ 5 000 Jeunes européens sont partis ou sont en route pour le djihad.

De 60 à 70 % de ces jeunes sont recrutés via les réseaux sociaux. Qui finance ces sites et qui paie les voyages ?

Nous savons que de jeunes délinquants sont « islamisés » en prison. Que font les aumôniers ?

Maintenant essayons de trouver des solutions.

CFCM

Une association du type Consistoire israélite doit être créée.  

Cette institution qui pourrait se dénommer Association des Musulmans de France doit avoir un rôle central dans le paysage français.

A elle de gérer la formation des imams et des aumôniers en France, à elle de superviser le marché halal, à elle de tenir un registre des mariages, à elle de faire un programme national pour les conversions à l’islam et enfin à elle de donner des cours sur l’islam aux enfants musulmans sur la base de programmes pédagogiques clairs.

Le statut des imams

Tout d’abord, chaque imam devrait parler français et connaître les lois de la République.

Après qu’il ait réussi son examen, l’institution musulmane et seulement, décidera dans quelle mosquée il exercera son ministère. Cet imam pourra alors créer une « Sunday school » [école du dimanche] pour les enfants et devra suivre le programme pédagogique de l’institution ; cette dernière devra contrôler les professeurs.

Aumôniers des prisons

L’aumônier des prisons devra être recruté par l’institution. Son rôle sera de contrecarrer les islamistes des prisons et de diriger les prisonniers vers un islam modéré.

Les médiateurs

L’institution devra former des médiateurs pour les quartiers difficiles.  Ces “grands frères” auront un rôle clé pour le bien vivre ensemble. Ils devront expliquer que réussir par les études et non par des moyens illicites est un gage de succès. Ils devront vont aussi s’interposer entre cette jeunesse et les recruteurs du djihad.

Pour réussir tout cela, l’islam de France a besoin d’être aidé. Les autres religions qui ont déjà des organisations nationales doivent montrer le chemin en partageant leurs expériences.

L’Europe doit aider cette institution à se battre avec les mêmes armes que les recruteurs du djihad ; c’est-à-dire en créant des sites Internet qui démontreront que les arguments exposés par ces dernièrs sont faux.

Enfin l’Etat français devra être aux côtés de cette institution pour l’aider sur la pédagogie, et surtout donner un statut professionnel aux imams.

Je ne suis pas contre le CFCM mais il doit évoluer et accepter que certains, même s’ils ne sont pas de sa mouvance, collaborent avec lui.