Dimanche 15 Janvier 2017. La Conférence internationale pour la paix au Proche-Orient, organisée par la France jette non seulement le discrédit sur cette dernière mais demeurera aussi comme le témoignage du  déshonneur des Nations.

Trois mille ans ont passé  mais Israël, ce petit peuple parmi les Nations, n’a jamais cessé de rêver de retrouver sa mère-patrie Erets Israël et Jérusalem, sa Capitale éternelle. Jérusalem a attendu patiemment le retour de ses enfants. 

Comment ne point chanter et remercier l’Eternel de nous avoir rendu le cœur vivant de notre nation.

Je dédie ce poème « Jérusalem, Jérusalem ! » à ma nation et à mon peuple Israël !

 

Jérusalem, Jérusalem !

 

Jérusalem, ta poussière nous pleurions…

Jérusalem, tes pierres nous effleurons !

Jérusalem, Jérusalem !

 

Jérusalem, ta lumière nous languissions…

Jérusalem, à ton air nous guérissons !

Jérusalem, Jérusalem !

 

Jérusalem, hier, les yeux vers toi nous levions…

Jérusalem, nos paupières, vers toi nous élevons !

Jérusalem, Jérusalem!

 

Jérusalem, armes de guerres, nous pleurions…

Jérusalem, guère de larmes, nous rions !

Jérusalem, Jérusalem!

 

Jérusalem, ère de Shalom , nous espérions…

Jérusalem, mère  de l’Homme, nous fêtons !

Jérusalem, Jérusalem!

 

Jérusalem, promesse de l’Eternel, taire notre mémoire ?

Jérusalem, éternelle liesse, terre-miroir !

Jérusalem, Jérusalem!

 

Jérusalem, Amants de Sion, nous priions…

Jérusalem, Diamant des Nations, nous t’aimons !

Jérusalem, Jérusalem!

Jérusalem, Jérusalem!