Invité par l’association de sciences politiques de Paris « Critiques de la Raison européenne », le philosophe français Alain Finkielkraut a été empêché d’intervenir le 23 avril 2019 dans les locaux de l’école et n’a ainsi pu développer le thème prévu intitulé « Modernité, héritage et progrès ».

Un « rassemblement général » et organisé de militants violemment opposé à la venue du philosophe s’est interposé devant l’école afin de lui en interdire l’accès.

Annulée par la force, l’intervention de Finkielkraut a été reprogrammée en une école de la rue de l’Université sous protection des forces de l’Ordre.

Le philosophe français fait régulièrement l’objet de boycott, d’invectives, de violences dont certains présentent un caractère antisémite avéré.

En toutes hypothèses, les méthodes employées pour faire taire Finkielkraut sont rarement usitées à l’encontre d’autres intellectuels. Elles sont toujours inopérantes.

Elles illustrent le caractère délétère de l’intolérance, de la virulence et de la Force qui se développe dans la vie publique française depuis plusieurs années. Les faits considérés indiquent que l’enseignement supérieur n’en est pas épargné.