Je voudrais exprimer mes sincères félicitations pour l’extraordinaire pugnacité, ténacité et efficacité du Juge Trévidic et de son équipe, qui après 32 ans, ont obtenu un premier résultat dans l’enquête sur l’attentat terroriste de la rue des rosiers du 9 août 1982.

32 ans après ce massacre qui a fait six morts et 22 blessés, les visages et les noms des assassins sont enfin connus.

Un premier pas important qui nous rassure et surtout montre aux victimes que leur drame n’a pas été oublié dans les couloirs de l’Histoire.

Une première victoire de la loi face à la barbarie !

Un nouveau et difficile combat reste à mener, celui de l’extradition et de la présentation des assassins devant la justice.

Un d’entre eux, Hicham Harb vit aujourd’hui à Ramallah et sait qu’il n’a rien à craindre d’une autorité palestinienne qui glorifie les terroristes.

Un second, Amjad Atta, responsable de la logistique du commando vit en Jordanie.

Et le troisième, Walid Abdulrahman a obtenu la nationalité norvégienne et vit à Oslo.

L’enquête a déjà révélé certains secrets et d’autres seront bientôt dévoilés.

La question des soutiens logistiques et les arrangements politiques garantissant aux membres du groupe Abou Nidal de pas être ennuyé ni poursuivi reste entière.

Dans une Europe frappée, aujourd’hui encore, par un terrorisme héritier de ces assassins des années 80, force est de constater que le laxisme et les compromis ont montré leur inefficacité.

Les victimes de tous ces criminels sont les témoins de l’impérative nécessité de combattre ce mal jusqu’à son élimination totale.

Hier ils tuaient au nom de la cause palestinienne, aujourd’hui ils assassinent au nom de l’islam intégriste en soutien aux enfants de Gaza!

Hier ils utilisaient une idéologie révolutionnaire, aujourd’hui ils portent le masque et le drapeau du djihad.

32 ans après la rue des rosiers, la liste des attentats est longue et la lutte reste entière.

Le juge Trévidic a montré que la République est grande, forte et belle et qu’elle n’oublie jamais!

Souhaitons qu’elle poursuive sur ce chemin pour la justice et la vérité.

Le 8 Mars, journée de la femme, j’ai eu une pensée pour toutes les femmes victimes de violence à travers le monde, parmi lesquelles celles prises en otage par les djihadistes de Boko Ahram ou asservies par Daech.