Avant de commenter la paracha de la semaine, revenons en quelques mots sur la précédente afin de nous remettre dans l’ambiance. Benjamin a été pris en état de flagrant délit de vol. Joseph décide que Benjamin restera en Egypte comme esclave tandis que ses frères pourront rentrer chez eux. Seul Judas plaide en faveur de son frère et demande à le remplacer comme esclave.

La paracha de la semaine Vayigach est comme nous le verrons un véritable cours d’économie. Vous qui comme moi avez entendu cette semaine les informations économiques, vous serez surpris par le parallélisme entre les deux époques.

Mais commençons par deux versets qui ne parlent pas d’économie mais de relations humaines.

Chap.45 V 16: “Et la nouvelle fut entendue dans le palais de Pharaon, disant: “Les frères de Joseph sont venus!” Et cela plut aux yeux de pharaon et aux yeux de ses serviteurs.”

Pour le Rambam, Pharaon a été soulagé d’apprendre que l’Egypte n’était pas dirigée par un ancien esclave d’origine inconnue. Et d’après le Sforno, Joseph, à partir de ce moment, ne se considère plus comme un étranger et veillera donc d’autant mieux aux intérêts de son pays.

Le commentaire du Sforno, bien que très peu commenté dans la littérature rabbinique, devrait pourtant interpeller certains rabbins. Je m’en explique : souvent, lorsqu’une personne est en cours de conversion, certaines autorités religieuses demandent à cette dernière de couper tout lien avec sa famille d’origine, ce qui est, j’espère pour vous aussi, plus que scandaleux.

Les parents restent les parents. Espérons que ces rabbins liront et commenceront à réfléchir aux écrits du Sforno qui précise en plus qu’en ne coupant pas les relations avec sa famille, la personne sera plus apte à mener à bien les intérêts de son pays donc de son peuple.

Chap. 45 V.24: “Et il (Joseph) envoya ses frères et ils partirent. Il leur dit : “Ne vous agitez pas en chemin.””

Parmi les trois explications que Rachi donne  à l’expression “ne vous agitez pas en chemin”, l’une m’a interpellé. Ainsi d’après Rachi,  Joseph demande à ses frères de ne pas s’engager dans un débat halakhique de peur que la route ne s’agite contre eux.

Lorsque j’entends toutes les disputes entre les différents courants du Judaïsme, certains vont même jusqu’à rejeter la judaïcité des autres, je me demande dans quel monde on vit. Écoutons Rachi ,chers amis,  et arrêtons de nous déchirer par nos débats sur la halakha. Bien-sûr nous pouvons avoir des avis différents mais discutons au lieu de nous déchirer et vous verrez que notre chemin sera beaucoup plus agréable .

Revenons maintenant à l’économie avec le chapitre 47

Chap.47 V.11: “Joseph installa son père et ses frères et leur donna une propriété dans le pays d’Egypte, dans la meilleure partie du pays, dans la région de Ramses, comme l’avait ordonné Pharaon”

Quelle belle leçon d’hospitalité. Vous vous rendez compte : des immigrés arrivent et le Pouvoir en place leur donne une terre dans la meilleure partie du pays. Quand on  pense à la façon dont certains d’entre nous parlent des immigrés (ils oublient souvent que eux-mêmes sont des anciens ou fils d’immigrés),  la question que je pose est la suivante :  pourquoi Pharaon leur donne-t-il une très bonne terre ?

En transposant cette question à nos jours, je me demande s’il faut donner un bon travail aux immigrés, même en temps de crise, comme ce fut le cas en Egypte à cette époque. Ma réponse est deux fois oui : OUI il faut donner du travail aux immigrés. OUI il faut leur donner un bon travail car ainsi ils pourront s’intégrer à notre société. A tous ceux qui vont vouloir arrêter de lire ce papier car c’est une prose de “gauchiste” je leur dis attendez encore un peu avant de raccrocher et lisez ce qu’écrit la Bible.

Chap. 47 V.20: “Joseph acquit donc tout le sol de l’Egypte pour Pharaon, car les Egyptiens avaient vendu chacun son champ parce que la famine les avait accablés ; et le pays devint la propriété de Pharaon”

Alors nous voici en pleine économie socialiste. Cela ne vous rappelle rien ? Les nationalisations….

Ainsi, en période de crise, il est bien, selon la Bible, que l’Etat prenne une participation à l’économie en nationalisant, mais pourquoi ?  Lisons le verset suivant:

Chap. 47 V.21: “Quant au peuple, il le transféra dans les villes, d’un bout du territoire de l’Egypte à l’autre bout.”

Le rav Feinstein nous explique que “Joseph a mené cette opération avec beaucoup de sagesse. S’il avait scindé les groupes de personnes, il aurait rompu la structure sociale et communautaire et porté un sérieux préjudice au peuple. Il a donc déplacé en masse des communautés entières pour qu’amis et voisins de longue date restent ensemble dans leurs nouvelles locations.”

Donc pas de quotas à cette époque ; et si nous suivons les explications du rav Feinstein,  le regroupement familial est iimpératif pour une paix sociale.

Chap.47 V.22: “Seule la terre des prêtres, il ne l’acquit pas car les prêtres avaient un revenu fixe de Pharaon et ils consommaient leur revenu que leur donnait Pharaon ; c’est pourquoi ils ne vendirent pas leur terre.”

Selon les commentateurs, “ la Torah insiste sur les subsides allouéelks aux prêtres pour donner une leçon à toutes les générations du peuple d’Israël : les juifs ne doivent jamais hésiter à donner leurs dîmes et contributions aux Cohanim, aux Lévites et aux indigents.”

Chers lecteurs, vous observez comme moi l’importance que donnent nos sages au revenu fixe. Si une personne a des revenus fixes (on parlerait maintenant de CDI a contrario de l’Intérim), cette dernière peut survivre économiquement en temps de crise sans intervention de l’Etat. Alors si je comprends bien, le texte nous dit qu’en accueillant bien les immigrés, en leur permettant d’accéder à un bon travail qui doit être un CDI, l’Etat ne peut que gagner car il n’aura pas besoin d’investir. Quelle leçon d’économie!!!!

Nous allons conclure cette leçon d’économie par ces trois versets.

Chap. 47 V.23 et 24: “Joseph dit au peuple : “Voici, je vous ai acquis aujourd’hui ainsi votre terre, à Pharaon; voici pour vous des semences_ ensemencez le sol. Et il adviendra, aux récoltes, que vous donnerez un cinquième  à Pharaon ; les quatre autres parts seront à vous_ comme semences pour le champ et comme nourriture pour vous et pour ceux qui sont dans vos maisons et pour nourrir vos jeunes enfants”

Voici une sacrée révolution. Si la terre appartient à l’Etat, ce dernier ne prend que 20% des récoltes, donc distribue 80% des bénéfices.  Imaginons que 80% des richesses de l’entreprise soient reversées aux employés….Je sais que certains patrons dans la communauté vont avoir un haut le cœur mais je n’invente rien, c’est écrit….

Chap. 47 V.25 “Et ils dirent: “ Tu nous as sauvé la vie ; puissions-nous trouver grâce aux yeux de mon seigneur, et nous serons serfs de Pharaon””

Quelle belle conclusion que ce début de verset :  “Tu nous as sauvé la vie”. Si comme la religion nous l’apprend, la vie est le principal alors, mes chers amis, je ne vous demande qu’une chose: AGISSEZ POUR SAUVER DES VIES. Cette semaine, nous avons, grâce à la paracha, pu comprendre comment sauver des vies en période de crise économique et nous avons pu voir comment la Thora peut être d’actualité.

A vous toutes chères lectrices et à vous tous chers lecteurs, je vous souhaite un excellent chabbat qui je l’espère ne nous apportera que de bonnes nouvelles.

Chabbat chalom