L’actualité en provenance du Proche-Orient illustre dans les Etats qui le composent et quotidiennement la rage, la haine, la violence de l’être humain contre l’être humain.

S’agissant du conflit israélo-palestinien, après avoir tenté l’invasion contre Israël en 1947, les conflits armés, le terrorisme et même la paix (accords d’Oslo de 1993), les Palestiniens organisent désormais une campagne diplomatique & commerciale visant à l’isolement diplomatique, culturel et commercial de l’Etat d’Israël par son exclusion progressive des instances internationales et le départ des sociétés étrangères de son territoire.

A court terme, c’est avec un certain succès que les palestiniens parviennent à rallier à leur cause certaines sociétés internationales implantées en Israël, certaines universités et certaines organisations internationales non gouvernementales.

Ils bénéficient à cet effet de deux faisceaux d’activités.

D’une part, les arguments diplomatiques & financiers en provenance de la Ligue des Etats arabes, de la Conférence islamique et d’institutions financières des petro-monarchies. D’autre part, les arguments de propagande, fondés par la haine et les poncifs antisémites qui constituent la propagande affichée par l’argumentaire présenté.

Cette nouvelle méthode palestinienne gêne à court terme l’autorité publique israélienne, pour au moins deux raisons.

La première réside dans les règles de la démocratie parlementaire et de ses règles restrictives de contrôle de l’activité de l’Exécutif. La seconde dans la difficulté pour un Etat démocratique en guerre de concilier sécurité et libertés publiques.

Pour autant, après avoir causé la gêne et suscité un temps d’adaptation à la partie israélienne, il est probable à moyen et long termes que cette dernière technique offensive palestinienne à l’égard d’Israël rejoigne dans l’échec ses précédentes tentatives.

En effet, à l’éclat et au tambour médiatiques des offensives palestiniennes succèdent et de façon systématique des échecs réitérés … dans le silence régional et international. Et c’est précisément là le problème pour Israël. Que les palestiniens taisent leurs échecs est parfaitement compréhensible. Que les israéliens taisent leurs succès l’est beaucoup moins !

A l’Etat hébreu d’organiser sa défense médiatique, diplomatique et commerciale. En dépit de la propagande qui lui est hostile, son statut, sa position géographique, politique, diplomatique lui confèrent un caractère incontournable dans la sphère internationale et régionale.

Les éléments relatifs aux dirigeants palestiniens mis à sa disposition ne manquent pas : nature des régimes palestiniens, état de leurs minorités nationales, situation des libertés publiques, déclarations antisémites et autres violations des principes généraux du Droit international public (DIP) , rapports judiciaires des Nations Unies, etc, etc. 

C’est à cette condition que l’Etat hébreu réduira les effets d’une propagande qui lui est nocive. C’est à cette condition qu’il sera en mesure de bloquer la solidarité éphémère et superficielle des sujets de DIP susceptibles de lui tourner le dos.

Pierre Saba