N’oubliez pas de prendre des cotons.

Pléthore de patience, une bonne dose de résilience, un sens de l’humour increvable et votre plus beau sourire.
N’oubliez pas la documentation requise.
Ils ne rigolent pas.

Prenez vos photos de famille, votre crème SPF60 et des livres francophones.
Prenez des crayons et un étui à crayons.
Vous retournez à l’école.
N’oubliez pas d’acquérir des stylos et des surligneurs appropriés. Oui, ils sont extrêmement sérieux sur le sujet, et les bristols, sont totalement différentes.

Parfois, vous remarquerez.
Il s’avère que les petites choses inutiles de votre ancienne vie ne seront pas au rendez-vous.

Prenez un réservoir de grains de café, quelques paquets bien-aimés de poudre d’Açaï et des sneakers, indispensables lorsque vous serez fatigué de courir après le bus.
Et emporter votre sens de l’aventure.

Oui, vous serez bientôt dépassé et épuisée au vu du nombre d’heures passées dans la fille d’attente du bureau d’absorption, du bureau des permis de conduire ainsi que celui de transcription et reconnaissance des diplômes au coeur d’un système juridique, auquel vous êtes complètement imperméable.

Vous serez frustré lorsque votre conseiller au bureau d’absorption vous expliquera que vos valises ont indéniablement dépassées la limite maximale du poids de vos bagages en soute. Vous serez surpris que soixante-neuf kilos furent atteints si rapidement. Vous serez aux abois dès lors que l’on vous demandera de laisser certaines choses sur le tarmac aéroportuaire, sans compter l’intensité d’un voyage sans retour.

Vous allez verser des larmes. Vos amis vont vous manquer.

Mais vous rencontrerez des gens extraordinaires et mangerez un falafel au bord d’une rue à moitié pavée, en vous appuyant sur la devanture d’un vestige d’une des synagogue les plus anciennes.

Vos yeux s’illumineront face aux rangées d’épices du Shouk, vous allez déguster (gratuitement) des morceaux de chalva, homemade, boire des quantités de litres de café Shahor, qui vous empêcheront de fermer l’oeil, et vous vous sentirez contraint de revenir sur vos pas pour tester de nouvelles saveurs.

Vous tomberez amoureux devant les nahalims anciennes au coeur des montagnes de Judée, serez la première à organiser une randonnée impromptue dans le sud du pays, danserez avec un bar-mitsva au milieu des rues anciennes de la Vieille Ville.

Vous échangerez votre contenance guindée contre une folie passagère dès que sonnera la saison des festivals.

Vous accepterez le défi de boire un café d’une traite au coeur d’un café perché sur l’une des montagnes du Golan, attraperez un coup de soleil à Netanya.
Vous essuierez des perles de sueurs de votre front à la sortie de Jaffa, puis vous époussetterez la poussière et le sable de votre Jeans au retour vers Jérusalem, tout en attendant un bus qui pourrait décider de fermer ses portes sans préavis.

Vous passerez des nuits à collectionner les fous rires ressentis au sein de vos entrailles, d’innombrables moments collectés, sur le sol d’un des plus vieux Centre d’absorption du pays, entourés de vos amis d’Amérique latine, dont le sujet vous échappe encore maintenant.

Vous glisserez sur le sol des rues pavées et vous vous sentirez minuscule à côté des nouveaux bâtiments imposants, où des publicités brillantes vous observeront pendant que vous shopperez au coin d’une rue, sirotant un tapougezer.

Vous rirez lorsque vous emploierez un mot incorrect et vous pleurerez mamash lorsque vous serez comprise par vos nouveaux voisins.

Vous escaladerez des montagnes et ramperez dans de minuscules tunnels pour vous frayer un chemin à travers une caverne (true story).

Vous serez ému lorsque vous vous rendrez au Kotel pour la première fois depuis votre descente d’avion, tout en pensant:

Je l’ai fait.

Je suis à la maison.

Alors prenez avec vous votre bracelet offert par votre grand-mère, les photos de vos meilleurs amis, une imprimante si vous osez.

Et emportez votre confiance en vous, vos espoirs et vos rêves.

Ne vous inquiétez point.
Rappelez-vous d’une chose.
Ce que vous cherchez, vous le trouverez ici.
En quelque sorte.

Le coût sera plus élevé, mais la vie ici en vaut la peine.

Ce dont vous avez vraiment besoin, vous l’obtiendrez.
Ici, à la maison.

Une chose que vous devriez apporter.
Des cotons.