J’ai vécu à Paris entre République et Bastille, un quartier où j’ai passé une grande partie de mon temps durant ma scolarité.

Juste en face de chez moi, il y avait un bar tenu par des algériens et dont le fils du patron, Saïd était un de mes meilleurs amis.

On parlait des heures de religion, de nationalisme, d’identité et deux ans après le bac, chacun de nous est parti dans une autre direction, moi en Israël et lui en Algérie.

Je n’ai plus jamais eu de contacts avec lui et le café de son père n’existe plus mais en voyant les images des débordements de la manif pro-palestinienne à la Bastille, j’ai pensé à lui et à ce qui avait changé à Paris.

Quand je retrouvais Saïd au café, je portais la kippa et jamais personne ne m’a insulté ou fait la moindre remarque.

Parfois, quand son père n’était pas là, il le laissait servir les clients de l’autre côté du comptoir et  je l’aidais à servir des bières pression à une clientèle en majorité issue de l’immigration maghrébine.

Un soir, un gars m’avait fait une remarque sur ma kippa, il s’est interposé avant même que je comprenne de quoi il s’agisse.

Le Paris de mon adolescence n’existe plus, on ne s’y promène plus en kippa, on voit des manifestations haineuses dans ses rues et les cris de « Mort aux juifs » retentissent de plus en plus souvent.

C’est déjà un cliché de faire remarquer qu’il n’y a pas à Paris de manifestations de soutien aux victimes de la guerre civile en Syrie qui a fait en 3 ans plus de morts que toutes les guerres israélo-arabes  mais voir tellement de gens se mobiliser pour soutenir le Hamas et le Hezbollah dans les rues parisiennes reste pour moi un mystère.

Certains veulent accuser les médias qui seraient pro-palestiniens mais pour moi, les responsables sont l’islamisme et ses idées nauséabondes qui sont la source de ces manifestations de haine.

On a entendu « Mort aux juifs » dans les rues de Paris, pas de soutien (légitime) à la cause palestinienne mais des appels au meurtre contre les juifs de France.

Les barbares qui ont tué Ilan Halimi et Merah qui a tué des enfants juifs devant une école à Toulouse ne l’ont pas fait pour soutenir les Palestiniens mais par haine antisémite, conséquence d’un lavage de cerveau islamiste.

Merah, Dieudonné et consorts sont soutenus publiquement en France car ils ont affirmé haut et fort qu’on pouvait haïr les juifs, ils ont libéré une parole qui était tabou depuis la seconde guerre mondiale.

Je ne suis pas parti en Israël car je me sentais en danger en France et j’espère que les Juifs de France ne seront pas obligés de partir mais les images des débordements de la manif du 13 juillet font craindre le pire.

France, réveille-toi, ils sont revenus !