Ces textes ont été écrits il y a près de 2 ans, lorsque j’ai décidé de faire mon Alyah. Je raconte les préparatifs du départ, l’arrivée en Israël, les premières expériences dans le pays. Ça s’appelait « Vers Sion Originale » et je publie de nouveau ces textes (sous forme de différents épisodes) sur ce blog pour les faire découvrir à d’autres personnes.  

 

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode 1 : J-30 avant le départ.
Les cartons.

Il y a des cartons partout. La maison est devenue un vrai bazar. Pas un objet qui ne soit inspecté et répertorié. Toute une vie qui devra d’ici 15 jours tenir dans un container d’une vingtaine de mètre carré. Chaque bien est classifié selon quatre catégories: A garder / A vendre / A donner / A jeter.

Tant d’objets, qui rappellent des moments heureux, ou parfois plus douloureux. Certains dont il faut se résoudre à se séparer, d’autres pour lesquels la conservation est une évidence. Si seulement les souvenirs pouvaient être comme ces objets, si seulement on pouvait ne garder que les meilleurs et oublier les autres… Si seulement on pouvait emballer ceux qu’on aime et les emmener avec nous pour ce grand voyage…

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode 2 : J-28 avant le départ.
Quand tu rencontres un copain et que tu lui annonces que tu pars vivre en Israël…

Ca y est, c’est décidé, on part vivre en Israël ! La réaction des copains… :
– Quoi ? Toi ?
– Moi aussi je pense faire ça dans un an ou deux, ou trois.
– Ah bon mais comment ça se fait ?
– J’entends que ça en ce moment ! Rien que dans mon immeuble, il y a déjà deux familles qui sont parties cette année. Dont une à Montréal.

– T’es sûre ? Vous avez bien réfléchi ?
– Moi si je devais partir, ce serait plutôt aux Etats-Unis. Miami ou éventuellement New-York. Ah ouais, j’adore trop Miami.
– C’est quoi le problème ? T’as des dettes ? Des problèmes avec la justice ? Ta femme ? Le fisc ? Ta belle-famille ? Ton boulot ?

– Oh lalalala… Mais c’est un peu…. ouah… mais je veux dire euh…
– Pour faire quoi?
– Attention, il parait que le prix de l’immobilier là-bas en ce moment, c’est de la folie.
– Moi je pense que c’est une connerie de partir comme ça, en plus avec 3 enfants…
– T’es pas bien à Paris, la plus belle ville du monde ?

Pour les prochaines fois où un ami vous annonce qu’il fait son Alyah, juste un petit conseil (amical) : dites d’abord « Mazal tov! ». Et après, et seulement après, vous pouvez donner votre avis (voire poser des questions si toutefois ça vous intéresse d’avoir des réponses). Merci.

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode 3 : J-26 avant le départ.
La préparation à l’Alyah, c’est une joie ET une souffrance.

TOP 5 des choses qu’on ne t’a jamais dites sur la préparation de l’Alyah…

5- La solution est en toi.

Tu peux être abonné à des dizaines de forums, suivre toutes les conférences de l’Agence Juive, avoir lu toutes les brochures sur Israël, si tu as une question précise, tu devras te débrouiller tout seul !

Il faudra chercher, interroger, consulter, regrouper les informations avant d’avoir enfin des réponses. Et ensuite, c’est à toi de trancher et de décider.

4- Tu devras solder tes comptes.

La préparation à l’Alyah, ce n’est pas que remplir des cartons. Cette préparation t’oblige aussi à « faire le ménage » dans ta vie, te poser de vraies grandes questions et faire des choix de vie.

Même si tu n’en as pas envie, il faudra aussi régler tes comptes avec le passé: pardonner ou te fâcher définitivement avec certains, « réparer » le passé ou bien apporter avec toi tes douleurs anciennes, effacer tes souvenirs ou décider de vivre avec, etc. Ah la dimension psychologique…

3- Ton entourage n’est pas forcément avec toi.

Quelle surprise, tu découvres qu’autour de toi tout le monde n’est pas en phase avec ton projet… Tu reçois beaucoup d’amour pendant cette période (merci à tous pour vos multiples témoignages d’affection) mais aussi, hélas, plein d’ondes négatives. Une épreuve de plus dans ta montée en Israël…

2- Tu devras supporter l’ascenseur émotionnel.

Chaque jour apporte son lot de bonnes et de moins bonnes nouvelles. Ton état psychologique est mouvant : l’euphorie succède à la tristesse, l’enthousiasme suit le découragement, l’espoir vient après le questionnement.

La préparation, ce n’est pas un long fleuve tranquille… Mieux vaut pour toi être bien équilibré au départ et en phase avec ton conjoint/ta conjointe!

1- Se préparer à la séparation est douloureux.

Tes proches vont te manquer, bien sûr, tu le sais, et tu l’acceptes. Tu vas manquer à tes proches, c’est déjà plus douloureux et difficile d’accepter de leur faire « subir ça ».

Tu peux courir dix kilomètres tous les soirs ou créer un blog dans lequel tu racontes ta vie, ça t’aidera (un peu) à affronter l’épreuve mais ça ne t’empêchera pas de la vivre. Tu le savais, évidemment. Mais personne ne t’avait dit combien c’est difficile…