Bon, ça n’est pas le Mississippi, et même si cela l’était, ça ne serait pas juste le Mississippi.

Les églises à prédominance noire dans le sud des États-Unis d’Amérique, ont subi une série d’incendies depuis la fusillade mortelle à Charleston, dont certains ont été jugés comme un incendie criminel, tandis que d’autres sont encore étudiés.

Compte tenu de la réaction contre le drapeau confédéré, je doute que la plupart de ces incidents soient des accidents. L’expression «Crime de haine» (hate crime) n’a pas encore été utilisée, mais de qui se moque-t-on ?

Il est absolument dingue pour moi que les gens fassent encore cela en 2015. Alors, naturellement, ma réaction instinctive était : Quel est le f***u problème de ces gens?

Et puis je me suis vraiment demandé.

Le racisme va persister dans le sud pendant une longue période, et il a été là depuis le début.

Mais qui sont les gens qui commettent ces crimes odieux ?

Dixie (le sud) est plein de communautés rurales blanches qui vivent dans la pauvreté autant que les communautés noires (souvent assez proches les unes des autres) et cela depuis des temps immémoriaux.

Ils sont péjorativement appelés « white trash », mais c’est aussi l’histoire de la pauvreté de gens qui étaient à peine mieux lotis que des esclaves, sauf pour le fait évident de leur liberté (à l’exclusion de la servitude), qui avaient peu de personnes sur qui tabasser que les esclaves, et plus tard les noirs libres.

Certains diront que c’est exactement comment le système garde les gens pauvres à la gorge les uns des autres. Très probablement. En tout cas, les communautés marginalisées expriment souvent leur frustration contre leurs propres quartiers, ou contre d’autres communautés marginalisées, parfois parce qu’ils sont en concurrence, et parfois tout simplement parce que vous voulez que quelqu’un, encore moins à même de se défendre que vous, sur qui taper.

Il est évident que le racisme est au cœur de la façon dont les États-Unis d’Amérique et la presque totalité de l’hémisphère ouest ont été fondés, il y a un héritage culturel indéniable, mais ma question est, sans tolérer aucun de ces actes atroces contre la communauté afro-américaine :

Combien de ces personnes sont des blancs qui ont été laissés pour compte ? Qui ont été laissés de côté lorsque l’économie a grandit, en grande partie parce qu’ils ont toujours été laissés de côté, et se considéraient comme exclus des programmes sociaux ciblés à corriger la discrimination institutionnelle (Affirmative Action a souvent été mal interprétée et étiquetée comme exclusivement et injustement comme un programme pour les Noirs), et qui, regardant leurs voisins noirs, qui n’ont pas changé non plus parce qu’ils sont laissés pour compte aussi, sont passés d’un cliché de la haine raciale ignorant, à la haine (meurtrière) envieuse ?

Je me souviens avoir lu que deux tribus de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui vivaient à quelques kilomètres l’une de l’autre, mais ne se rencontraient jamais pour cause d’une vendetta de 60 ans impliquant l’arrière grand-père de quelqu’un, se considéraient mutuellement comme belligérant, lâche, indigne de confiance, et de sorciers, etc.

Cela ressemble beaucoup à du racisme pour moi, surprenant considérant qu’ils sont du même stock ethniques, et sûrement indissociables aux yeux d’un étranger. C’est aussi ce que Springfield pense de Shelbyville, et vice versa.

Tout ça pour dire : tu ne vas pas à guérir le racisme, ou à défaut la bigoterie. Quelqu’un va toujours être trop quelque chose pour quelqu’un, mais je trouve que les gens s’entendent mieux quand tout le monde prospère.

Plutôt que de demander des réparations, n’est-il pas temps de se pencher sérieusement sur la pauvreté en Amérique et donner aux gens un autre regard sur le monde et eux-mêmes au lieu de chercher quelqu’un sur qui passer leur colère ? Pour la coller au système ? Que ce soit la réforme ou révolution ?

Je ne faisais que demander.

Certains diront que dans un pays où il y a autant d’armes qu’il y a de gens et ou tant de gens se sentent en droit de les utiliser pour des raisons aussi absurdes que le manque de bacon dans un cheeseburger au bacon (ce qui est un crime, d’accord, mais pas la peine de tirer sur quoi que ce soit), certains diront que des choses incroyablement horribles et d’une débilité profonde vont se produire pendant un bon bout de temps. Ils ont tout à fait raison.

Mais alors qu’il y aura toujours des gens en colère, violents et tout simplement haineux, il y a beaucoup qui peut être fait pour remédier à pourquoi les gens sont en colère, violent et haineux.

En attendant arrêtez de brûler des églises noires et d’abattre des noirs. C’est quoi votre f***u problème ?