M. Hollande vient de déclarer qu’il serait prêt à annuler son projet de Conférence prévue à Paris fin décembre si une autre Conférence notamment régionale, avait plus de chance de réunir autour d’une table les protagonistes du conflit israélo-palestinien.

J’ose espérer qu’enfin la diplomatie française est en train de réaliser qu’elle ne pourra continuer à ignorer, le fait que rien de concret et de crédible ne peut être envisagé sans l’assentiment du principal intéressé, je veux bien sûr, parler d’Israël.

Nous assistons peut-être à un tournant très important dans l’implication de la France dans ce conflit, qui ne prenait en compte que le point de vue de M. Abbas, si celui-ci préconisait une intervention ou une initiative française, celle-ci était immédiatement entérinée, ce qu’en pensait M. Netanyahu ne pesait pas du tout dans sa décision, on l’avait vu quand la France organisa sa Conférence Internationale voila quelques semaines à Paris, malgré le fait qu’Israël fut opposé dès le départ à celle-ci.

La France vient enfin de décider de laisser les principaux intéressés, les Palestiniens et les Israéliens discuter directement, qui plus est, autour d’un médiateur crédible, influent vis-à-vis des Palestiniens, et qui a la confiance des Israéliens cet intermédiaire est M. Al Sissi le Président égyptien, qui a proposé depuis des mois, d’organiser au Caire une négociation directe israélo-palestinienne, qu’Israël, en la personne de M. Netanyahu a acceptée de suite.

C’est de bonne augure, si la France pouvait avoir compris qu’elle n’a aucun intérêt à encourager par son soutien incompréhensible M. Abbas dans son intransigeance grâce à son appui diplomatique, ce serait un grand pas vers un déblocage dans les pourparlers de paix, et cela signerait la fin de l’époque où Fabius était aux Affaires étrangères.

Faut-il rappeler que si la France, pays qui compte beaucoup dans l’échiquier politique et diplomatique mondial, faisait des pressions dorénavant sur la partie palestinienne, en l’encourageant à revoir ses conditions préalables de paix, inacceptables pour Israël, quel que soit le parti politique au pouvoir en Israël, peut-être pourrions-nous entrevoir, qui sait, la fin du tunnel et espérer débloquer une situation inextricable.

Faut-il rappeler aussi, que si la France joue de son influence avec le poids qu’on lui connait, pour ramener la paix dans ce conflit, cela aura une très grande incidence sur la paix civile en Fance.

Qui ne sait que ce conflit est celui qui intéresse au plus haut point les français en général, et la communauté musulmane en particulier, elle qui est travaillée par tous les jusque boutistes radicaux, qui ne se privent pas de se servir du conflit israélo-arabe, pour embrigader certains de ses membres vers le Djihad.

Le temps presse, la France doit peser de tout son poids pour favoriser la paix dans cette région, sans se soucier des incidences économiques ou électorales, la France a assez d’atouts dans sa manche pour gagner des marchés, mais il y va, aussi, de son intérêt bien compris, et surtout de la paix civile dans ce beau et grand pays.