Droit de réponse de la candidate à l’élection consistoriale du 26 novembre après une erreur (malencontreuse, admise et rectifiée depuis) du Times of Israel indiquant que sa candidature avait été invalidée.

Après avoir écrit au Times of Israël qu’il ne s’agissait pas d’une erreur car « c’est trop nul, trop télécommandé », indiquant plus loin : « A trois jours des élections, vous balancez un truc comme ça ? Et il faudrait que je pense que ce n’est pas intentionnel », le Times of Israël a décidé de publier ce long droit de réponse pour dissiper tout doute sur ce qui n’était qu’une simple erreur (malencontreuse, admise et rectifiée depuis) de notre part.

« Je découvre avec consternation jusqu’où va l‘acharnement à garder le pouvoir de l’équipe en place : jusqu’à annoncer ma fausse invalidation que vous relayez ! Garder, devrais-je dire le pouvoir et l’argent car avec un budget de 25 millions / an sans contrôle, si ce n’est un commissaire aux comptes aux ordres et qui ne transmet pas les comptes détaillés, le pire est à craindre. Le pire est là. Ces élections ne respectent ni les statuts (candidatures par listes et non plus uninominales ce qui a permis de m’annoncer une profession de foi pour moi à 9260€ !) ni les règles démocratiques synagogues aux ordres, fichiers transmis aux candidats, candidats ayant un lien économique avec le Consistoire ou une Communauté !) ni les règles minimales de déontologie : le nom des trois candidats indépendants ne figurait pas sur l’envoi des professions de foi.

C’est une honte pour la Communauté dans son ensemble, le scandale désormais semble inévitable. J’appelle à manifester ce mercredi 22 novembre soir à 18h30 devant le Consistoire contre ces Elections Bidon et demander la démission de l’équipe en place !

Enfin je ferai également mercredi 22 novembre à 20h une réunion débat à la synagogue de Fleg, 8 bis rue de l’Eperon Paris 6ème.

Enfin quant aux élections :

Tout d’abord, j’appelle à ne pas voter ! Avec des fichiers d’électeurs qui circulent et font l’objet de campagne de phoning, de WhatsApp, de mails etc… avec un ramassage industrialisé des procurations et l’envoi de mails au départ du mail d’un conseiller municipal époux d’une candidate, voter serait participer à cette mascarade. Je ne parle même pas du choix de la tête de liste expert en élections (à vérifier sur Google : nom + électorale ).

Sans évoquer le routage des deux feuilles de profession de foi, qui dans le courrier d’accompagnement, ne mentionnait même pas le nom des trois candidats indépendants ! Une belle illustration de la neutralité dont se targue l’administration consistoriale.

Si vous souhaitez néanmoins voter, et comme il faut cocher de 7 à 13 noms, ma seule recommandation est aucun vote, aucun : 0 et, en toutes lettres, zéro vote pour la liste en place.

Pour le choix des noms parmi les douze autres candidats : le regroupement Revcholevschi, Dr Bensoussan, Sarah Hayem – Laiter, et moi-même avec les bribes de présentation dont vous disposez, vous ferez certainement un bon choix !

On assiste à un véritable changement de l’esprit consistorial qui reposait jusqu’alors sur l’engagement de personnes bénévoles et indépendantes. Pense-t-on que le candidat prestataire de services, en charge de la régie publicitaire du journal de la Communauté va prendre le risque de s’opposer à une décision qui pourrait lui faire perdre sa Parnassa ? Triste. L’absence de campagne et de débat, la mise en avant de listes et de têtes de listes montre bien que l’objectif est d’avoir des administrateurs dociles, des bénis oui oui. »