Dans le cadre de son programme à l’élection du président de la république française, le candidat Melenchon procède par de surprenantes postures et propositions.

S’agissant des postures, l’homme politique français à vocation nationale a occupé, notamment, les fonctions de ministre délégué sous la présidence Mitterrand, sénateur, député européen puis candidat à l’élection présidentielle.

Successivement d’une tonalité politique classique puis agressive, Melenchon adopte depuis quelques semaines un ton paternel et emphatique.

Certains sujets semblent relever chez lui de l’obsession dont il serait intéressant d’en déterminer la nature. C’est ainsi mais pas seulement qu’il dénonce sans cesse et avec une verve décidée le passage de son concurrent Macron à la Banque Rothschild en identifiant ce passage à une faute ou un délit. Il n’en reste pas moins un tribun efficace et incisif.

S’agissant des propositions, certaines revêtent un caractère particulièrement inquiétant.

C’est le cas de celle prévoyant l’adhésion pleine et entière de la France à l’« Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – Traité de commerce des Peuples ».

Cette organisation regroupe plusieurs Etats latino-américain autour des thèmes favorables au socialisme et hostiles aux Etats Unis d’Amérique. Elle fonctionne sous la houlette de Cuba et du Venezuela.

Melenchon proclame sans rire ces deux pays comme des exemples de démocratie et des modèles de développement social et économique. Sans s’appesantir sur la conception melenchonienne des « démocraties cubaine et vénézuélienne », notons l’état de déliquescence sociale et économique du Venezuela… second producteur de pétrole au monde !

Chaque opinion politique démocratique est respectable.

L’élection de candidat-e dont les programmes s’éloignent des principes constitutionnels et républicains constitue un péril humain, politique et national à éviter.

La fonction présidentielle est en France celle qui dispose des pouvoirs constitutionnels exécutifs les plus étendus. L’élection présidentielle est la plus importante du système électoral français.

C’est dire s’il convient au corps électoral de voter à cette occasion avec la plus extrême circonspection.