La tribune de Mr. Arvin Boolell, Ministre des Affaires Etrangères de l’île Maurice, dans DefiMediaGroup le 28 juillet 2014, peut laisser pantois.

Des forces étrangères seraient elles en train, lentement, de grignoter l’indépendance Mauricienne, en s’infiltrant dans les échelons politiques du pays ? Il semble que le conflit israélo-palestinien dévoile quelques grains de sable dans les rouages de la politique mauricienne.

Depuis 14 ans, la ville du sud d’Israël, Sdérot, est soumise aux tirs de roquettes du Hamas, un mouvement palestinien djihadiste et intransigeant. Après le retrait des forces Israéliennes de Gaza, la mouvance des Frères Musulmans, parvenue au pouvoir dans la bande de Gaza après un simulacre d’élections et de violents heurts entre fractions palestiniennes, se jure de détruire Israël et de le remplacer par un califat.

Face à la violence, aux menaces et aux dangers représentés par cette entité extrémiste, ses deux voisins, l’Egypte et Israël n’ont d’autre choix que d’opérer un blocus terrestre et maritime, afin de prévenir une course aux armements du régime totalitaire de Gaza.

Dernièrement, un nouveau cycle de violence et une inflation de menaces contre l’État Hébreu ont surgi : enlèvements de civils israéliens, missiles tirés sur les grandes villes du pays et souterrains s’infiltrant en territoire Israélien afin de perpétuer des massacres au sein des kibbutzim avoisinant la frontière.

Il y a trois semaines, les Forces de Défense d’Israël ont lancé l’opération « Bordure Protectrice ». Ses buts militaires sont clairs : mettre fin aux tirs de roquettes et de missiles,  et détruire les tunnels d’infiltration en Israël.

Les analystes militaires du monde entier s’accordent à définir les efforts d’Israël pour éviter les victimes civiles palestiniennes – sans précédent. Du jamais vu, au dire d’officiers ayant combattu dernièrement sous les drapeaux Américains et Britanniques ! Ces efforts sont spécialement compliqués par le fait que le Hamas utilise les civils palestiniens de Gaza comme « boucliers humains » : armes et postes de commande militaires sont cachés dans des résidences, hôpitaux, mosquées, écoles etc. Non seulement le Hamas se soucie peu de la population civile de Gaza, mais sa stratégie est : « plus Israël tue de civils au cours de ses opérations militaires, plus le Hamas peut se poser en victime ».

Les vidéos montrant l’aviation militaire annulant un bombardement lorsque la présence de civils est décernée par les pilotes ont fait le tour du monde… Et lorsqu’Israël envoie dépliants et SMS d’avertissement aux civils avant de bombarder une installation militaire abritée au sein d’une installation civile, le Hamas empêche les civils de fuir – une utilisation cynique et criminelle de « boucliers humains », un crime de guerre.

Les Israéliens l’ont compris et font leur maximum pour éviter de tomber dans le piège répugnant du Hamas. Et le monde semble comprendre… Si on demande à Israël de limiter autant que possible les dégâts non militaires, les morts civiles, on tolère cependant que l’Etat Hébreu puisse assurer son auto-défense et détruire les lance-roquettes et autres installations militaires de la mouvance Islamiste. Il est à noter aussi que depuis le début de cette guerre, Israël a initié des cessez-le-feu à but humanitaires, parfois à la demande du Hamas, tous violés par le Hamas.

Cependant, dans son article, Mr. Arvin Boolell insinue que Mr. Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l’ONU accuse Israël de “crimes contre l’humanité”. C’est faux. Ces propos calomnieux sont ceux des instances palestiniennes, Hamas et pro-Hamas.

Si Mr. Ban Ki Moon a demandé à Israël de faire le maximum pour limiter les victimes civiles, il a dénoncé le fait que des installations civiles et de l’ONU servent de caches d’armes à la mouvance terroriste en place à Gaza. Même l’Arabie Saoudite, d’ habitude peu prompte à se rallier à Israël, a dernièrement rejoint cette ligne, en accusant le Hamas et en déchargeant Israël.

Pourquoi donc cette insistance de Mr. Boolell contre Israël, allant jusqu’au point de déformer les propos du Secrétaire Général de l’ONU, en lui prêtant des propos tenus en fait par le Hamas ?

Son complice dans le procès d’intention contre Israël, le député Rihun Hawoldar, prône, lui,  la nécessité de « faire des concessions ». Des concessions aux Hamas signifieraient, entre autres, la fin du blocus Egypto-Israélien, c’est-à-dire, la livraison d’armes au Hamas contre Israël.

Monsieur le Ministre, imaginez donc le scénario où, demain, un régime totalitaire s’installait sur une île voisine de Maurice pour y envoyer des missiles ; en contrepartie, Maurice mettrait en place un blocus de son voisin pour y éviter l’importation d’armes.

Parleriez-vous aussi de concessions ? Et si Souillac était bombardée, les forces mauriciennes n’essaieraient elles pas de bombarder les installations abritant les lance-missiles? Qui serait responsable des massacres d’enfants tenus otages par les militaires du voisin bombardant Maurice ?  Et voudriez-vous alors « faire des concessions » et laisser les Mauriciens mourir ? Ou évacuer Souillac ?

Ces positions mauriciennes anti-Israéliennes devraient inquiéter les citoyens Mauriciens pour trois raisons :

D’abord, dans un pays multiculturel ou l’équilibre inter-ethnique est si important, soutenir une mouvance djihadiste va à l’encontre d’un équilibre de paix et d’harmonie. De plus, il s’oppose à l’Islam modéré que l’on trouve à Maurice, et renforce les démons de l’extrémisme.

Deuxièmement, il nous laisse pensifs quant à l’influence du Qatar, patron du Hamas et champion de la corruption. En sus des accords bilatéraux Qatar-Maurice récemment signés au niveau du tourisme, de l’emploi ou de la taxation, y aurait-il à Maurice une influence Qatarienne tenue secrète ? Se pourrait-il que des médias ou des officiels politiques soient « récompensés » pour promouvoir le Hamas ?

Enfin, s’il est dommage que Mr. Boolell soit si ignorant des affaires moyen-orientales, ses propos n’auront que peu de conséquences pour Israël. Le choix de soutenir un ennemi extrémiste et son narratif mensonger – au lieu d’être solidaire d’une nation démocratique attaquée par des missiles et des souterrains d’infiltration – restera cependant dans les annales. Il y a, en Israël, des gens qui ont toujours tenu Maurice dans leur cœur.

Si demain un danger menaçait l’ile, ces gens seraient aux premières loges pour soutenir Maurice en cas de besoin, que ce soit au niveau économique, sécuritaire, financier, environnemental etc. Il est donc triste de voir Mr. Boolell attaquer injustement Israël, déformer des propos et des réalités en reprenant un narratif  ennemi et sournois, et fermer son cœur à la raison et à la justice.

Israël compte peu de civils blessés ou tués par le Hamas pour deux raisons : la construction d’une barrière de sécurité à ses frontières, et un système technologique anti-missiles, le célèbre « Dôme de Fer ». Mais un pays ne peut vivre au rythme des sirènes quotidiennes, et la destruction de la machine de guerre du Hamas est nécessaire.

N’en plaise à Mr. Boolell, Israël continuera ses opérations défensives, tout en évitant la mort tragique d’otages civils à Gaza. Quand la paix reviendra et que sirènes et missiles cesseront de pleuvoir sur Israël, quand la poussière de la guerre sera retombée, les Hébreux seront reconnaître leurs amis. Maurice en fera-t-elle partie, ou sera-t-elle associée au Hamas, soutenu par Mr. Erdogan – le Pasha fou de Turquie, et par la puissance financière éphémère du Qatar ?