Massada tombera si Amona ne tombe pas.

Faites l’experience : un seul clic sur le nom Amona sur internet. « La fin est proche », « L’assaut imminent ». Vous adopterez cette posture avachie ou alerte sur le canapé par temps de pluie, télécommande en main, couverture Ikea sur les genoux, devant une énième rediffusion de « Massada ». Ce socle de granit surplombant et hors de portée de Flavius Silva.

Massada, ou la perspective d’un Israel dernier refuge qu’il nous faut maintenir même au prix du suicide. Soldats, nous y avons prononcé le fameux serment « Massada ne tombera pas ».

Le même esprit qui agite 40 familles perchées à flanc de colline pour qui Amona reste le dernier combat et la base même du futur d’un Etat Juif.

Je les crois. Je crois en leur volonté sincère d’habiter cette terre comme prolongation de la promesse faite a Abraham par Dieu. Je crois en leur douleur d’être déplacé de leur maison par leurs propres frères.

Mais je crois également que Massada tombera si Amona ne tombe pas.

Massada tombera si nous n’acceptons pas que d’autres ont vécu sur cette terre après nous. Ben Gourion a défini leur existence même dans la Déclaration d’indépendance du pays.

Massada tombera si nous nions l’existence des autres en fournissant à la police de fausses preuves de propriété juive des terrains leur appartenant.

Massada tombera si nous nions l’existence d’une Cour Suprême faite pour protéger les Israéliens et leurs droits fondamentaux de citoyens libres. Aharon Barak éminent juge de cette même cour avait déclaré : « Si nous ne protégeons pas la démocratie, la démocratie ne nous protégera pas ».

Massada tombera si nous n’acceptons pas que les plus grands sionistes de droite comme Jabotinsky, les révisionnistes et Menahem Begin avaient un profond respect des institutions de leur pays.

Massada tombera si nous n’acceptons pas que le sionisme est le retour des Juifs sur la Terre d’Israel, non pas « toute » la Terre d’Israël.

Massada tombera si ces territoires de Judée et Samarie seront déclarés nôtres mais où les citoyens arabes ne seront pas des nôtres donc non citoyens à part entière.

Massada ne tombera pas si le monde ne pense pas comme lui. Mais Massada le payera cher en visites aux cimetières car il devra faire la guerre vite contre une opinion mondiale acharnée.

Massada ne tombera pas parce qu’aucun d’entre nous ne cherche vraiment le suicide d’un des nôtres pour le pays.

Naftali Bennett et Miri Regev ne sont pas Elazar Ben Yair. Les juifs de Massada se sont suicidés. Ceux d’Amona ne le feront pas.

Massada ne tombera pas car Amona devra tomber.

Shabbat Shalom.