Encore une drôle (triste) de semaine, petit récapitulatif :

– Monsieur le député Meyer Habib qui se permet de donner des leçons et des (mauvais) conseils.

– Des accusations à tort (?) contre le Shabak concernant des tortures faites aux jeunes juifs.

– Encore et encore des morts durant les attaques terroristes, 22 en tout

– Un mariage de la « Haine » ce qui a permit de raviver les flammes de la démagogie de gauche.

A l’inverse de la semaine dernière, où le post était assez concis et rapide à lire, celui-ci sera plus long car j’ai décidé de me consacrer à plusieurs sujets à l’ordre du jour cette semaine.

A ce propos, je voulais vous remercier pour les partages en masse de l’article de la semaine dernière (plus de 200 !), voici le lien (pour les retardataires):

Commençons par le sujet « chaud », celui qui va forcement transformer ma table de Chabbat, un repas familial et agréable, en scène de combat. …

« Le mariage de la haine ».

Cette semaine toute personne vivant en Israël (ou suivant de près l’actualité israélienne) a pu voir et être choquée des images filmées durant un mariage.

Rapidement que voyons-nous:
Des jeunes brandissant des armes au poing M16 et des cocktails molotov ainsi qu’une personne « poignardant » la photo du bébé mort dans l’attentat de Duma.

Avant de pouvoir émettre un jugement il est important de comprendre qui sont ces personnes.

Cette semaine le ministre de l’éducation, Naftali Bennett s’est exprimé et a très justement différencié entre ces gens et la droite religieuse : « Ces gens ne représentent pas la droite religieuse, les gens qui représentent la droite religieuse sont des gens comme : le Professeur Israel Oman, Myriam Peretz, Roy Klein . »

Personnellement ce sont grâce à ces derniers que j’ai décidé de faire mon alyah, des actes de bravoures comme ceux de Roy Klein ou des histoires sur Emmanuel Moreno za »l, ce sont ces gens précisément qui m’ont donné envie de m’installer en Israël, servir et m’investir dans la vie politique.

Très justement Bennett qualifie ces jeunes comme appartenant à un mouvement post sioniste, des gens qui veulent mettre le système à genoux et ces mêmes personnes qui encouragent les actes terroristes sont des terroristes et mettent notre pays en danger.

Mais malheureusement comme trop souvent dans ce pays, un événement regrettable (condamné par toutes et par tous, tous les courants religieux et politiques confondus) est vite devenu un événement politique. Les journaux de gauche, accusent la chaîne 20 de faire l’apologie de ces mêmes mouvements, La député Stav Shaffir, monte au créneau pour accuser Naftali Bennett et son parti d’avoir conduit le pays dans cette situation (lien en Hébreu).

Et nous nous retrouvons dans une scène politique pleine d’amalgames et de haine gratuite les uns envers les autres, les vieux slogans tels que « La droite a tué Rabbin » réapparaissent, et encore une fois les gens de droite doivent s’excuser et expliquer que NON, nous ne sommes pas tous des tueurs d’enfants.

Et pendant ce temps?

Pendant ce temps, deux pères de familles se sont fait tuer à la Porte de Jaffa.  22 morts en tout.

Pendant ce temps, un Sapin de Noël a Bétléhéem est dédié aux « résistants de la lutte palestinienne ».

Pendant ce temps, les journaux internationaux continuent de parler de 4 personnes tuées, sans faire la distinction entre les civils et les terroristes.

Pendant ce temps la, nos réels ennemis continuent de nous tuer, de célébrer la mort quand nous la condamnons.
N’oublions pas qui sont nos vrais ennemis.

Et maintenant sur un ton plus léger (et puis si vous avez tenu bon jusqu’à maintenant autant continuer), j’aimerais consacrer la deuxième partie de cet « article » au post qui a été publié par Mr le député Meir Habib.

Cher Mr Habib, je me souviens de vous, comme d’une personne souriante, chaleureuse, toujours un mot pour les volontaires du SPCJ, toujours présent dans les manifestations communautaires et dans les actions marquantes, fidèle ami de la droite israélienne et encourageant l’alyah.

Nous vous avons vu à la fois traducteur de Bibi, aller avec lui au Kotel après son (énième) réélection, nous avons vu votre nom être sali à tort par les médias israéliens sur des affaires de billets d’avion, bref vous étiez avec d’autres hommes de la communauté, un Juif que les jeunes ont envie d’écouter (et de suivre).

Et puis un jour, depuis votre siège à l’hémicycle vous avez décidé d’écrire un post concernant l’alyah (en masse) des Juifs de France.

J’aurais beaucoup à dire sur ce post, mais le mien est déjà assez long comme ça, et comme je l’ai précisé, d’autres plus talentueux que moi se sont déjà penchés sur le sujet.

En quelques points.

Premièrement : Encore une fois vous nous vendez Bibi comme quelqu’un qui veut faire bouger les choses, qui est « déterminé à faire aboutir ce dossier » mettons les choses au clair c’est FAUX!

Bibi n’est pas intéressé à faire accélérer les procédures, c’est le dernier de ses soucis actuels (compréhensible) et de toute façon le lobby médical est bien trop puissant pour laisser les choses changer.

Ce qui est vrai, c’est que certaines professions exigent un niveau de langue bilingue pour exercer, il est donc normal de demander un temps d’adaptation à ces olims hadachim, le temps d’apprendre la langue , le système de santé, les rouages de la médecine israélienne avant de pouvoir la pratiquer.

– Le second Il faut arrêter de vendre du rêve aux (futurs) nouveaux immigrants : OUI VOUS ÊTES ICI CHEZ VOUS MAIS NON ISRAËL NE VOUS ATTEND PAS.

Israël n’est malheureusement pas le pays où coule le lait et le miel comme veut vous faire croire l’Agence Juive.

Il est dur de s’intégrer et de se faire une place en Israël.

A partir du moment où vous possédez votre tehoudat zeout (carte d’identité israélienne), vous êtes israéliens à part entière.

Oui les Israéliens ne sont pas tendres mais vous êtes ici chez vous et (aussi) beaucoup chez eux, alors oui pour vous Mesdames et Messieurs les Docteurs et Chefs de services, arriver ici après tant d’années de pratique, de reconnaissance et d’admiration, venir ici et vous demander de reprendre et d’apprendre certaines bases, risque d’être un peu difficile mais cela fait partie de la règle du jeu.

Troisièmement :
« Si dans les trois mois, des avancées tangibles ne sont pas réalisées, je n’aurais d’autre choix que de mettre en garde mes compatriotes concernés par ces équivalences, qui envisagent de s’installer en Israël, contre les risques professionnels encourus et les encourager à différer leur venue … »

Mr le Deputé, j’ai énormément de respect pour vous, mais alors là… Qu’est ce qui vous est passé par la tête?!

Vous vous rendez compte de la responsabilité que vous prenez?

Une semaine avant de célébrer le triste anniversaire de l’Hyper Casher vous « mettez en garde » contre l’alyah?

Vous encouragez à « différer » cet acte si important, vous êtes un homme politique, vous savez bien que les lois délivrants des permissions de travail ne sont pas votées en une journée ! (Combien nous avons d’ingénieur russes qui se sont retrouvés caissier par manque de reconnaissance de diplôme).

Vous êtes un homme politique et d’influence, vous savez que vos « mots ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd ».

Ce que j’aurais aimé lire venant de vous; de la part d’une personne sioniste et d’un homme avec une responsabilité public : « Mes frères et soeurs juifs l’alyah est difficile mais c’est une chose à faire, préparez-vous et acceptez les embuches »

Mais certainement pas cette mise en garde.

Comprenez bien, je ne dis pas que la situation des gens appartenant au corps médical est simple. Bien au contraire. Je vois mes amis, médecins, dentistes et autres, bloqués en France dû à la non reconnaissance des diplômes, mais j’en vois d’autres qui des années auparavant comme le Dr Bensoussan – ancien chef de clinique des hôpitaux de Paris – ont accepté de faire ce qui leur était demandé.

Est-ce-qu’il ne faut pas en parallèle se battre pour une évolution de la loi?!  Bien évidemment qu’il faut faire bouger les choses, mais est-ce qu’on les fait en « menaçant » Bibi d’appeler à freiner l’alyah de France ou en appelant les Juifs de France à retarder leur date d’alyah.
Absolument pas…

Je vous invite à partager, commenter, réagir, d’accord ou pas.

Vous pouvez également me trouver sur twitter ou par mail : elie.zrihen@gmail.com

Merci de votre lecture (et de votre temps).

Elie Zrihen