Comment démolir Israël quand on est antisioniste et anti juif ? En premier être journaliste ou blogueur au Nouvel Obs, sur France Inter, Le Monde ou sur Itélé, enfin dans l’un de ces médias de gauche « anti juif » affiliés au gouvernement Hollande.

En second chercher « le sujet », celui qui pourra être exploité par tous et pourrait faire passer les jeunes français qui s’engagent dans le Hamas ou autre Daech pour assassiner, décapiter, violer et tuer, pour des révolutionnaires généreux, en les assimilant et en les comparant aux jeunes Français qui s’engagent pour aller défendre Israël et sa population contre le terrorisme sanglant du Hamas palestinien.

L’amalgame volontaire pour manipuler les esprits français est abject et infâme, tellement infâme et déshonorant, qu’il touche aux égouts.

Je rappelle donc à Johann Elbory sur Médiapart qui a titré « le Jihad Israélien » pour parler des jeunes volontaires pour la défense d’Israël, ainsi qu’à Nathalie Funes et autres antisionistes et antisémites avérés, qu’il y a toujours eu des tortionnaires et des inquisiteurs, des Hitler, des Ceausescu et autres Arafat, acclamés et portés au pouvoir par des groupes, des institutions et des « communiquants » capables de mobiliser une jeunesse corruptible par le pouvoir et les intérêts personnels (jeunesse hitlérienne) mais qu’ils ont toujours trouvé en face d’eux d’autres groupes et d’autres jeunesses motivés par la générosité et l’envie de défendre l’humanité contre la violence qui peut l’atteindre.

C’est la différence fondamentale entre les jeunes qui s’engagent pour Israël et ceux qui s’engagent pour le Daech.

Les premiers tentent de défendre et protéger, alors que les seconds tentent de détruire et d’ensanglanter. Et je n’aborde pas la notion manichéenne du bien et du mal, seulement celle qui porte la vie et l’autre la mort.

L’amalgame entre ces deux jeunesses, celle qui veut défendre Israël contre des agresseurs, et l’autre qui se forme à la décapitation et aux meurtres, est tellement ignoble et délictueuse, qu’il est difficile d’en donner la mesure avec des mots.

Je vais donc seulement renvoyer ce ramassis de « mauvais à tout » à l’Histoire. Mais, peut-être que ce vilain monde n’en a rien à faire de l’Histoire et des hommes qui sont morts sur ses rives pour une certaine idée de la liberté et des valeurs démocratiques ou républicaines ? Pour que les enfants français aient un futur et un avenir dans une France dont ils se sentaient responsables face à la brutalité et aux violences nazies ?

Je pense à Guy Môquet évidemment et aux jeunes résistants du FFI, mais je pourrais aussi parler des jeunes révolutionnaires russes ou d’Amérique latine d’autrefois, ainsi que de tous ces jeunes qui aujourd’hui même luttent à l’intérieur de pays islamiques ou dirigés par des dictateurs, pour faire valoir des libertés et « la liberté » et qui s’élèvent au péril de leur vie contre les tortures et les emprisonnements arbitraires ? Seront-ils eux aussi tous confondus, par des journalistes opportunistes, avec leurs tortionnaires assassins et ce Hamas capable d’accrocher des enfants aux fenêtres de leurs balcons pour servir de boucliers? D’assassiner à la hache des gens en prière ?

Hélas, à lire les papiers qui circulent, je sais que le phénomène d’intoxication des mentalités va aller en s’accroissant, au moins jusqu’en 2017, histoire de garder un électorat franco arabe à une gauche française dévoyée et pervertie, qui doit faire se retourner Che Guevara, dans sa tombe. Lui et quelques milliers d’autres !

Franchement je ne sais pas pour vous, mais moi je suis « dégoûtée » comme dirait une petite personne proche de moi.

Heureusement nous avons le Shabbat pour reprendre des forces et un peu de hauteur au-dessus d’un monde qui tend à nous tirer vers le bas.

Malgré tout, parce que mon indignation est trop grande, je vais quand même conclure sur les mots de Michel Audiard «  les c… ça osent tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît !»

Louise