L’histoire des juifs du Portugal est à elle seule un résumé de toutes les vicissitudes du peuple juif à travers le monde. Comme dans de nombreux autres pays – dont la France et le Maghreb – les juifs y étaient installés avant même la création de ces nations.

Ils ont connu et alterné des périodes heureuses et d’autres moins joyeuses (persécutions, conversions forcées, expulsions…).

Il en est de même pour Lisbonne (capitale de la république portugaise) qui nous occupe dans cet article et qui a partagé avec le reste du pays, la même histoire.

Aujourd’hui : le Portugal veut tourner la page de son douloureux passé. Des descendants de marranes, ou de convertis de force revendiquent même de retrouver leur religion d’origine.

Les portes du tourisme, et de la modernité se sont enfin rouvertes à tous. Les visiteurs juifs et non juifs sont et seront toujours les bienvenus.

Cette nouvelle politique de tolérance et d’hospitalité, vaut au Portugal de figurer désormais parmi les pays d’accueils préférés : des juifs qui doutent de l’avenir du pays où ils vivent actuellement… comme de celui des retraités de toutes nationalités pour lesquels le Portugal a vite remplacé d’autres pays à la tranquillité mal assurée.

Mais, commençons la visite si vous le voulez bien.

Lisbonne (au charme indéniable) que vous allez ou souhaitez rencontrer est une ville en pleine transformation.

De Paris et de province, elle est commodément desservie par de nombreux vols.

Vous atterrirez après 2h30 de vol dans un aéroport sympathique et proche de la ville. Selon vos envies vous emprunterez le bus (3,50 €, que vous n’aurez pas à débourser si vous pensez à prendre l’indispensable Lisboa Card qui inclut le transport vers et depuis l’aéroport. Elle vous servira tout au long de votre séjour) ou le taxi.

Les hôtels confortables (équivalents 3 ou 4*) sont pour la plupart à moins de 100 euros la chambre avec petit déjeuner.

En centre-ville et à proximité de la synagogue se tient une petite maison d’hôtes casher (sous la surveillance du rabbinat de Lisbonne), qui non contente de vous héberger (prix variables selon la saison) peut vous cuisiner des repas (comme à la maison) voire même des paniers repas pour vos visites à l’extérieur durant la journée, pour les plus pratiquants. Des excursions autour de la présence juive à Lisbonne, vous y seront également proposées. Mais rien ne vous interdit de vous débrouiller tout seul.

Après vous être installé à l’hôtel, autour d’un plan et quelques minutes de réflexions, vous serez en mesure de faire le tour de votre quartier et de découvrir l’essentiel du charme et de l’intérêt de la ville.

Jour 01 : Vol Paris ou province vers Lisbonne. Selon l’heure d’arrivée du vol, vous consacrerez ce qu’il vous reste de la journée à la découverte de la ville et de ses habitants autour de votre hôtel. Vous verrez que là déjà vous ne manquerez pas d’agréables découvertes.

Les prix (dérisoires) des consommations au salon de thé voisin, celui des gourmandises, comme celui des encas vous permettront de vous « lâcher ». Vous vous poserez peut être à la terrasse d’un kiosque près d’un jardin, visiterez un super marché, un magasin d’habillement, vous repèrerez un bon restaurant. Vous appréhenderez le quotidien des habitants de la ville ! Vous avez déjà fait tout ça, et vous n’êtes qu’au premier jour.

Jour 02 : BELEM. Partez à l’aventure pour une grande demi-journée ou journée toute entière à la rencontre de cette cité (dont le nom serait une contraction de … BETLEHEM), sa tour, son monastère mais aussi son incontournable et gigantesque pâtisserie spécialisée dans les Pastel de Nata (le fameux gâteau portugais) Ici, ils sont faits et servis chauds et dans les règles de l’art, avec le petit sachet de cannelle (gratuit) en option … pour ceux qui aiment (comme les Portugais) associer leurs saveurs.

Jour 03 : CASCAIS. A peine plus d’une demi-heure de train pour rejoindre ce petit St Tropez local. Véritable environnement de vacances, ou vous pourrez vous baigner, ou vous détendre tout simplement sur des transats abrités du soleil, tout en sirotant un rafraichissement. Vous serez, là encore, surpris par les petits prix, la gentillesse de l’accueil et la beauté de l’endroit.

Quand viendra l’heure du déjeuner parcourez les ruelles et les petites places à la recherche d’un restaurant à votre gout … ou déployez sur un banc avec vue panoramique sur la mer votre casher box. De toute façon, vous ne manquerez pas de vous dire que vous y reviendrez pour plus longtemps. (C’est dans ce village que se trouve la maison Habad, des Juifs Loubavitch locaux.

Jour 04 : SINTRA.Ville au patrimoine architectural remarquable. « La butte Montmartre » de la banlieue de Lisbonne. Ça monte et ça descend, mais c’est plus étendu qu’on pourrait l’imaginer car tout autour parcs et jardins, châteaux, et résidences sont offerts à votre curiosité. Ne pensez pas tout pouvoir visiter dans la même journée. Il vous faudra encore une fois penser à … revenir !

Jour 05 : LISBONNE. Le centre et pour ce qu’il vous reste de temps et selon l’heure de votre vol retour, complétez votre découverte.

PS : Les soirs ou les après-midis des jours un à quatre, vous seriez évidemment allés à ALFAMA (le vieux quartier juif et sa rua Juderia. Vous aurez surpris des cavités près des portes d’entrée, et soupçonné – fort justement- les emplacements des Mezouzoth des anciennes maisons juives. Vous irez là, pour le souvenir de la vie communautaire passée, mais aussi pour le plaisir d’un quartier vivant et attachant enveloppé des bonnes odeurs de cuisine, des chants et de la musique nostalgique du Fado.

A d’autres moments, vous déambulerez dans le quartier piétonnier.

Vous visiterez un endroit quasi confidentiel : la Casa do Alentejo. Un avant-gout pour votre 2e ou 3e retour (obligé n’est-ce pas ?) au Portugal. L’ALENTEJO : Une région, au sud (la plus grande) ou la présence juive fut la plus forte, où la nature est restée sauvage et préservée.

Vous n’aurez bien sûr, pas manqué la visite de la synagogue Shaaré Tikva plus que centenaire et ce qui reste du cimetière Juif ancien, au sein de celui des Anglais.

Place Rossio, il vous faudra aller vous recueillir auprès du monument à la mémoire des centaines de juifs assassinés durant le gigantesque pogrom de l’an 1506. Enfin, vous irez pour la photo près du mur de la « TOLERANCE » et ses déclinaisons du mot dans toutes les langues, dont l’hébreu. C’est ici le symbole le plus fort de la fin de la tragique histoire du Portugal et du début de l’ère nouvelle.

La communauté juive vous semblera réduite, et les offices peinent à réunir le quorum obligé. Les fidèles compteront donc sur le soutien de votre visite. Mais les choses évoluent, et dans le bon sens, pour les juifs portugais, comme pour la ville, en pleine réhabilitation de tous ses quartiers.

Le saviez-vous ? La contribution des Juifs portugais à la politique, à la science ou à la littérature est immense. Jusqu’à la fonction suprême qui fut occupée par l’ancien président de la république Jorge Sampaio (issu d’une famille illustre sefardi). Dans les pays où ils ont fui après qu’ils furent expulsés, nombre de juifs portugais se sont également rendus célèbres, comme le peintre Pissarro. Etc…

Vous l’avez compris. Le Portugal d’aujourd’hui comme la ville de Lisbonne n’ont plus rien à voir avec leur difficile histoire passée. Ils vous invitent à venir vous en rendre compte de vos propres yeux. Vous en reviendrez, comme moi, éblouis !

A bientôt pour d’autres visites en Argentine, Italie, Alentejo, Pays Baltes… et ailleurs.