Chacun connaît le ‘’soin’’ apporté par l’Agence France Presse (AFP) aux dépêches qu’elle communique à ses clients et à travers eux aux lecteurs, auditeurs et téléspectateurs dès lors qu’il s’agit de l’Etat d’Israël.

Le quotidien Libération, mais pas seulement, très fidèle consommateur de l’agence, annonce la « Reprise des négociations israélo-palestiniennes la semaine prochaine ».

Si le quidam peut-être satisfait de cet avis, à lire le corps du texte il aura la confirmation de l’inversion des réalités. Celle qui assure la culpabilité coûte que coûte de l’Etat du peuple juif. Voire la preuve de la responsabilité, entre autres, de cette agence de presse dans la hausse de l’antisémitisme en Europe et ailleurs.

Il est une règle, non écrite mais très respectée dans le journalisme de nos jours, de retranscrire, lorsqu’il s’agit du conflit israélo-‘’palestinien’’, le nombre de morts de part et d’autre.

Cette ‘’loi’’ interdit, absolument, la communication du nombre de terroristes éliminés de la surface de la terre et qui restent pour la profession, au détriment de tout logique et bonne foi, des « militants, résistants, combattants » malgré leurs acharnements à ne viser que des civils, des femmes, des vieillards et bien sûr des enfants.

C’est ainsi que le texte de la dépêche n’indiquera pas le nombre de terroristes tués laissant croire, une fois de plus, que seuls des civils se trouvent dans la bande de Gaza :

« Israéliens et Palestiniens avaient conclu le 26 août un accord mettant fin à 50 jours de conflit à Gaza —près de 2.200 morts côté palestinien, en grande majorité des civils, et 73 côté israélien, quasiment tous des soldats ».

Pour le non initié au conflit, celui-ci comprendra sans beaucoup d’efforts combien sont précis et ‘’humains’’ les ‘’Palestiniens’’ qui ne visent quasiment ‘’que des soldats’’, et criminels de guerre les Israéliens ‘’assassinant les civils’’, les femmes, les vieillards et bien sûr les enfants !

Mieux ! Pour l’antisémite caché sous le paravent de l’antisionisme, raison et appui lui seront ainsi donnés pour manifester et appeler à la destruction de l’Etat d’Israël, à le boycotter voire à contraindre les politiques et les gouvernements à condamner et à juger les dirigeants de cet état ‘’criminel’’.

Un Etat qui pourtant ne fait, depuis sa renaissance en 1948, que réagir à la haine qui l’entoure et aux guerres qui lui sont imposées.

Il est quasiment le seul pays au monde qui envoie ses soldats au contact des ennemis plutôt que de les bombarder par air, mer ou terre jusqu’à leur capitulation. Contact qui, dans ce dernier conflit, a couté la vie à près de soixante-dix soldats.

Quasiment soixante-dix enfants !

Une éthique qui contraint l’armée à prévenir les civils ‘’palestiniens’’ d’un tir imminent à l’endroit où ils se trouvent afin qu’ils sauvent leurs vies en abandonnant la place.

Que dire face à cette réalité inversée systématiquement, consciencieusement et méthodiquement ?

Comment nommer ceux qui participent à cette véritable farce journalistique au détriment de l’Etat d’Israël mais aussi du peuple juif de plus en plus menacé physiquement en diaspora ?

A chacun d’y répondre ! En attendant, qu’un jour, les tribunaux en fassent autant !

Victor PEREZ