Depuis de nombreuses années, l’Imam Chalghoumi parcourt non seulement la France mais aussi le monde pour promouvoir le dialogue inter-religieux.

La semaine dernière, l’Imam Chalghoumi a été officiellement invité à Kiev pour une conférence sur la paix. A cette occasion, il a rencontré différents membres du Gouvernement et a instauré un dialogue avec les communautés musulmanes, orthodoxes et juives de ce pays.

Pour ce faire il a rencontré le Grand rabbin de Kiev et la communauté juive de cette ville afin de poser les bases d’un dialogue et surtout répété, comme il le fait toujours, que l’Islam doit être un islam modéré.

En début de semaine, l’Imam Chalghoumi a été reçu au Parlement européen, principalement par Madame Vĕra Jourová, responsable de la justice et de l’égalité au sein de de la communauté européenne. A cette occasion, l’Imam Chalghoumi a réitéré son appel à former les imams en Europe et non dans les pays musulmans.

L’imam Chalghoumi souhaite créer à Paris un Institut qui aura pour but de former des Imams, de créer une école de modérateurs et de contrer toute la propagande djihadiste qui se propage au travers les réseaux sociaux.

Comme la Commission européenne, les Hautes Autorités françaises sont très favorables à cette Institution et l’encouragent à continuer dans ce sens.

En ces temps où la violence est omniprésente, où beaucoup de dirigeants religieux ont de beaux discours mais peu d’actions pour le vivre ensemble, l’Imam Chalghoumi agît tous les jours pour que l’ensemble des communautés puissent vivre en paix et se respecter entre-elles.

Tous ceux qui veulent une paix durable entre les religions doivent soutenir l’Imam Chalghoumi dans ses actions.

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi à Kiev (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi au Parlement européen (Crédit : autorisation)

Imam Chalghoumi au Parlement européen (Crédit : autorisation)