23 avril 2015/ 5 Yiar 5775. Le peuple d’Israël, notre peuple; marque une fois de plus avec joie son indépendance politique sur sa terre retrouvée, Erets Israël. 67 années se sont, certes, écoulées depuis la Déclaration de l’Indépendance mais les paroles de David ben Gourion, figure emblématique de l’état hébreu, continuent et continueront à faire vibrer l’âme d’Israël:

«Nous déclarons par la présente la constitution d’un Etat juif en Erets-Israël, [qui sera] l’Etat d’Israël».

L’indépendance d’un Etat juif, sioniste et démocratique ne fut jamais une évidence de l’histoire admise par tous. Elle ne l’est, d’ailleurs, toujours point pour de nombreuses Nations.

En effet, cette terre brûlée par les guerres incessantes, déchirée par l’hégémonie de prestigieuses et puissantes civilisations, n’a jamais cessé de se languir de ses Fils perdus.

Cette indépendance, nous ne la devons qu’à la ferme et sincère volonté d’enthousiastes pionniers qui, répondant présents à l’appel de la terre d’Israël et à la voix de leur conscience historique, vouent leur vie pour l’amour d’Israël et sa résurrection. Ils font du désert stérile un jardin d’Eden, accomplissant, ainsi, l’antique et noble promesse prophétique:

«Et l’on dira: Voyez-vous, cette terre dévastée est devenue comme le jardin d’Eden, et ces villes ruinées, dépeuplées, écroulées, les voilà fortifiées et habitées!» (Ezéchiel 36, 35).

Les larmes de leur espoir mêlées aux sangs des soldats tombés au champ d’honneur et des victimes d’attentats meurtriers ont permis la renaissance de la nation juive en Erets Israël et ce, en dépit du scepticisme majoritaire régnant parmi les nations jugeant la réalisation de la promesse abrahamique utopique.

C’est sans compter sur David ben Gourion, inlassable ouvrier de l’œuvre sioniste en marche, fidèle au patrimoine national d’Israël et sensible au message universel de l’éthique biblique.

Il déclare, envers et contre tous, l’indépendance politique de l’Etat d’Israël. Après 2000 ans de dispersion et d’humiliation parmi les Nations, les Fils d’Israël retrouvent leur terre, la langue de la Bible, leur identité nationale et spirituelle!

En France, Clermont-Tonnerre, Robespierre et Mirabeau, révolutionnaires français, apôtres des Droits de l’Homme et de l’émancipation des Juifs prônent «de tout refuser aux Juifs comme Nation et de tout leur accorder comme individus».

L’idée de ces révolutionnaires, alors une première en Europe, sera désavouée par l’histoire. Pour preuve, l’Affaire Dreyfus, le gouvernement de Vichy, ses lois raciales et surtout la tragique et sanglante Shoah où périrent six millions de nos frères juifs à travers tout le continent européen.

Robert Badinter écrit: «le projet révolutionnaire de l’émancipation était bien de faire disparaître le Juif dans l’Homme». David ben Gourion et les signataires historiques de la Déclaration d’Indépendance inversent le cours de l’histoire: l’urgence historique de réinstaurer l’indépendance politique vise à la réintégration de l’âme juive dans l’Homme.

En d’autres termes, l’identité historique et spirituelle d’Israël vouée à l’extinction certaine en Diaspora, en Israël renaît de ses cendres, tel le phénix ressuscité.

Pourtant, le feu de la haine à l’encontre d’Israël ne s’est toujours pas éteint.

Encore nombreux sont ceux, antisionistes et antisémites de tous pays, qui osant nier l’existence et le caractère juif et démocratique de l’état d’Israël visent à  mettre un terme au miracle de la résurrection d’un pays et d’un peuple animé d’aspirations pacifiques.

En effet, malgré la reconnaissance en 1949 de son droit à l’existence naturel et historique, par l’Organisation des Nations Unies, sur la base de la Déclaration Balfour (1917) et du Traité de San Remo (1920) octroyant un foyer national aux Juifs, Israël doit encore et toujours lutter pour sa survie. Pour preuve: la menace iranienne d’une Shoah nucléaire dirigée vers Israël.

Nous, Juifs d’Israël et de Diaspora, réitérons, à l’occasion de ce 67e anniversaire, notre fidélité aux valeurs juives et démocratiques de l’état Israël et  aux principes fondamentaux qui, légitimant son existence, constituent les fondements de sa pérennité :

«Il (l’état d’Israël) sera fondé sur les principes de liberté, de justice et de  paix enseignés par les prophètes d’Israël; il assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe; il garantira la pleine liberté de conscience, de culte, d’éducation et de culture; il assurera la sauvegarde et l’inviolabilité des Lieux saints et des sanctuaires de toutes les religions et respectera les principes de la Charte des Nations unies».

Nations du monde, votre mission n’est-elle point comme le prophète Isaïe vous y exhorte (Isaïe 49: 22-23) de soutenir avec force et amour l’Indépendance de notre peuple en Erets Israël? !

En ce jour solennel, nous  voulons émettre le vif espoir que ce retour en terre promise du peuple d’Israël, «tison tiré du feu» (Zach. 3, 2) devienne une bénédiction pour les familles de la terre et que la colombe du Shalom, de la Paix, réapparaisse en nos demeures et en nos cœurs.

Mazal tov Israël! Bon anniversaire Israël!