Tôt ou tard, le monde nous forcera à nous unir. Mais plus nous attendons, plus sévère sera sa punition.

Récemment, les Palestiniens ont intensifié à l’ONU leur guerre politique contre Israël. Contrairement aux votes de l’UNESCO, qui sont seulement des déclarations et non des résolutions avec des mises en application concrètes, un vote contre Israël au Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) pourrait être tout un défi pour Israël. Si personne n’use de son droit de veto, un tel vote pourrait conduire à des sanctions politiques, économiques et même militaires.

Cependant, le public israélien semble ignorer béatement la situation.

Les États-Unis et l’Égypte ont temporairement empêché Mahmoud Abbas de soumettre sa demande de vote au CSNU et de la reporter au lendemain des élections aux États-Unis parce qu’après les élections, les États-Unis ne seront plus tenus d’exercer leur droit de veto à un tel vote.

Si la motion est soumise au vote, elle passera avec une écrasante majorité, laissant Israël se heurter seule à la réprimande du monde entier. Ce serait une toute nouvelle donne. Pourtant, en Israël, personne n’en parle.

Jusqu’à ce que le monde nous gifle, nous restons insouciants du danger. Une telle indifférence serait justifiée si nous étions impuissants à remédier à la situation. Face à une maladie incurable, il est normal de ne pas dire au patient que ses jours sont comptés. Mais notre situation est loin d’être incurable. Nous pouvons renverser la tendance et désamorcer l’hostilité du monde à notre égard. Toutefois, nous devons nous réveiller d’urgence maintenant parce que le temps commence à manquer et le point de non-retour n’est pas loin.

La raison pour laquelle Israël préoccupe le monde

Si l’opinion des Nations Unies reflète celle du monde, alors Israël se trouve si souvent au centre de l’attention que l’on pourrait appeler cela une obsession. L’antisémitisme existe depuis que les juifs existent, mais il n’a jamais été admis, aussi ouvertement et globalement, que les juifs, ou dans ce cas-ci l’État d’Israël, sont le plus grand problème du monde.

Il y a une bonne raison à l’attention négative et globale dont nous sommes l’objet. Le monde nous impute tous les troubles du Moyen-Orient et il voit tous les troubles du Moyen-Orient comme la source de tous les troubles du monde entier. En fin de compte, nous sommes tenus responsables de tous les problèmes du monde.

Des juifs et de l’égoïsme

La racine des problèmes de l’humanité réside en notre égocentrisme. Si nous n’étions pas si absorbés par nous-mêmes, nous aurions pu éliminer la faim dans le monde depuis des décennies, restreindre les émissions de gaz à effet de serre, sauver notre planète des catastrophes liées aux changements climatiques et empêcher la plupart des guerres, sinon toutes. Mais dans l’incapacité de modérer nos ego, l’humanité est en proie à des guerres d’ego qui, comme chacun le sait, détruiront la vaste majorité d’entre nous, et que nul ne sait comment éviter.

Il y a plusieurs siècles pourtant, notre nation avait trouvé un moyen de non seulement régner sur l’ego, mais, qui plus est, de l’utiliser pour le bien commun. Le Midrash (Beréchit Raba) et Maïmonide ont tous deux décrit les efforts d’Abraham pour répandre l’idée que l’unité pouvait nous élever au-dessus de l’ego. Abraham avait découvert qu’en nous unissant, nous nous branchons sur la force qui connecte tout, en partant des atomes, via les organismes vivants, jusqu’à la société humaine.

Après qu’Abraham a été exilé de Babylone, il a continué à propager sa sagesse, partout où il est allé. En utilisant les deux forces de l’existence, la force négative de l’ego, et la force positive qu’Abraham avait découvertes, ses descendants et ses disciples ont continué à se développer. Finalement, une fois qu’ils ont accepté de s’unir « comme un seul homme dans un seul cœur », au-delà de l’ego, ils sont devenus une nation.

L’escalade du mont Sinaï (du mot hébreu Sin’a qui signifie haine) par Moïse symbolise la victoire d’Israël sur la haine qui régnait dans leurs cœurs en s’unissant au-dessus d’elle. Pendant qu’Israël errait dans le désert du Sinaï, le désert de la haine, ils ont perfectionné leur méthode, que le roi Salomon a succinctement décrite dans Les Proverbes (10:12) : « La haine attise les querelles, mais l’amour couvre tous les crimes. »

Alors que le reste du monde était encore embourbé dans l’hédonisme, le peuple d’Israël s’est engagé dans la méthode qui leur révélait le secret d’une société équilibrée et prospère et leur donnait des connaissances sur notre monde, au-delà de tout ce que les autres nations pouvaient à peine imaginer. Depuis ce temps, le monde a simultanément haï et craint les juifs.

Mais les juifs n’ont pas reçu cette connaissance pour eux-mêmes. Abraham avait l’intention de partager sa découverte avec ses compatriotes babyloniens.

Comme lui, Moïse voulait que chacun apprenne le secret qui minimisait l’ego et menait à une vie plus heureuse. Moché Haïm Lozzatto, le Ramhal a écrit que : « Moïse souhaitait accomplir la correction complète du monde en son temps (…) Cependant, il a échoué à cause des corruptions qui ont jalonné sa route. » (Le Commentaire de Ramhal sur la Torah). Il incombe aux juifs d’honorer leur engagement à être « une lumière pour les nations » et ainsi achever la correction finale.

Même si la plupart des gens l’ignorent, la colère du monde envers nous provient de cette tâche reçue au pied du mont Sinaï : apporter la correction de l’ego. Hermann Rauschning, un Allemand conservateur qui s’est joint brièvement aux nazis, a décrit cette sensation lorsqu’il a écrit que : « Le judaïsme est (…) l’éternel “appel vers le Sinaï” contre lequel l’humanité se rebelle encore et encore. » (The Beast from The Abyss)

L’obsession des Nations Unies est notre appel à l’action

Les Nations Unies ont déjà déclaré que nous ne pouvions pas revendiquer le mont du Temple. Demain, ils diront que nous n’avons aucun droit sur Hébron et la grotte de Machpelah, et ensuite ils diront que nous n’avons aucun droit sur Jaffa, Lod ou Ramla. Finalement, les Nations Unies déclareront que nous ne sommes même pas des juifs authentiques, mais des Européens et que nous devrions de ce fait être expulsés de Palestine, soit par la force soit par l’extermination, et ils agiront en fonction de cette décision.

Mais il n’est pas trop tard. Tout comme le monde a été dirigé par l’ego pendant des milliers d’années, il l’est encore aujourd’hui. Le remède qu’Abraham a offert à son peuple et que Moïse a voulu donner au monde entier est plus pertinent que jamais. La différence, c’est que maintenant le monde se concentre sur nous et que toutes nos actions attirent immédiatement son attention.

Si nous couvrons notre ego et si nous nous unissons, le monde en prendra note instantanément. Nul besoin de montrer ou d’apprendre quelque chose à quelqu’un. Nous sommes déjà l’événement principal. Tout ce que nous avons à faire est de jouer notre rôle, de couvrir notre ego par de l’amour. Tout comme le roi Salomon l’a décrit. Cela donnera un bon exemple et les gens comprendront finalement la raison d’être des juifs.

Entre la gauche et la droite, les pratiquants et les laïcs, les Ashkénazes et les Sépharades, et tous les autres antagonismes de la société israélienne, il est probablement vrai que si les Arabes étaient intelligents, ils nous laisseraient nous entretuer ou nous jeter à la mer par nous-mêmes. Mais ils ne nous laisseront pas tranquilles. Ils feront pression sur nous jusqu’à nous forcer à nous unir. Plus nous remettrons à plus tard, plus notre punition sera sévère.

Qu’on le veuille ou non, nous sommes le peuple dont les ancêtres se sont unis au-dessus de leurs ego et nous ont légué la tâche de diffuser la lumière de cette forme unique d’unité au monde. Tant que nous nous chamaillerons, le monde nous blâmera non seulement pour les guerres au Moyen-Orient, mais pour n’importe quelle guerre. Ils ne peuvent surmonter leurs ego à moins que nous ne surmontions les nôtres et ainsi montrions l’exemple. Tant que nous ne nous unissons pas, le monde n’acceptera pas notre existence paisible en Israël ou ailleurs.