Aujourd’hui, le moins qu’on puisse dire du manque d’unité parmi les juifs dans le monde est qu’il est préoccupant. Les juifs américains sont particulièrement divisés, et ces scissions idéologiques ne font qu’augmenter.

Des juifs libéraux auparavant s’éloignent vers la droite par défiance envers le président Obama, et d’autres, de gauche, perdent leur allégeance envers Israël, car ils veulent résoudre son problème en créant deux états, et parce qu’ils détestent tout ce que Benjamin Netanyahu dit et fait.

Vu les relations difficiles entre Israël et le reste du monde, en ce moment, il n’est pas du tout étonnant que les opinions envers Israël changent. Il n’est pas surprenant, non plus, que J Street, un groupe de pression juif américain libéral, soutienne Obama qui refuse d’utiliser son droit de veto à l’ONU pour protéger Israël.

Comme l’élection de Bibi Netanyahu a provoqué la colère de nombreux Israéliens et Américains libéraux, il est inévitable que les gens vont cesser de donner leur appui à l’état d’Israël. Il est tout aussi inévitable que les défenseurs d’Israël durciront leur position. Ceci est une évidence pour moi, en tant qu’Américain libéral vivant en Israël et dont la tête va exploser chaque fois que quelqu’un traite Israël d’état d’apartheid.

J’ai envie de clamer ouvertement que je voudrais défendre tout ce que Bibi Netanyahu déclare, afin de contrarier le contingent libéral américain qui prétend qu’Israël n’a pas le droit d’exister. Le démon en moi voudrait les inviter à quitter l’Amérique et la rendre aux Indiens Américains.

Je pense que le problème d’Israël ne concerne rien d’autre que ses relations publiques. L’armée israélienne a si bien réussi qu’on traite les Israéliens d’oppresseurs, bien qu’avant la construction du mur à Gaza, ils étaient attaqués quotidiennement. Israël est traité d’état d’apartheid bien que les Arabes israéliens y vivent sous la protection de la loi.

Les Israéliens sont traités d’arriérés et de religieux, bien que les femmes et les homosexuels soient mieux traités en Israël qu’aux E.U.

Les gens ne sont pas préoccupés du fait que l’Amérique ait refusé de donner asile aux réfugiés juifs avant et après la Shoah (l’Holocauste). Tout cela s’est passé il y a si longtemps que les jeunes juifs américains ne se rendent pas compte de l’histoire.

De plus, la signification d’être juif en Amérique de nos jours est très ambiguë, vu la sécularisation et les mariages mixtes qui menacent constamment la vie juive américaine. La plupart des juifs vont à la synagogue trois fois par an, voire pas du tout. Comment faire alors pour montrer qu’on est juif ? Cela ne veut pas dire soutenir Israël, ni être libéral. La nourriture et l’humour juifs ont fait leur chemin dans le courant dominant de la culture. L’antisémitisme déguisé en propagande anti-israélienne augmente dans les universités, mais pas assez pour provoquer une réaction unifiée.

Comment pouvons-nous donc assurer la survie de l’identité juive américaine ? Et de plus, est-ce important ?

Mon humble opinion est que la survie du peuple juif dans le monde n’est rien moins qu’un miracle. Après la Shoah et vu la haine contre les juifs qu’un état juif existe est un miracle. Les valeurs mêmes que les libéraux préconisent existent en Israël, mais non pas dans les territoires palestiniens, ni même à travers le monde arabe développé.

L’antisémitisme existe toujours, même si l’expérience juive typique n’implique plus d’être éliminé d’une candidature d’emploi à cause d’un nom juif, et il est ranimé tout au long de l’histoire chaque fois que les juifs trouvent asile. Le juif américain typique n’existe plus. Les juifs sont tout aussi diversifiés que les Américains eux-mêmes, aussi bien dans leur manière de penser que dans leur comportement, mais on ressent ce qui leur reste de leur héritage juif.

C’est ainsi parce que nous étions une fois unis en tant que peuple, et que cela vit dans notre ADN spirituel. Qu’il renie sa religion ou qu’il la pratique avec ferveur, le juif se sent relié par son héritage. Si les juifs n’ont pas la capacité de s’unir au-delà de ces différences bien réelles, il y a un danger bien réel qu’ils perdent l’essence de la signification d’être juif, d’être unis comme un seul homme dans un seul cœur, comme lorsqu’ils ont reçu la Torah dont les paroles ont protégé le peuple juif pendant des milliers d’années.

L’ADN spirituel juif est libéral de nature, mais il est important que nous nous occupions de nous-mêmes avant de nous préoccuper des besoins de ceux qui ne croient pas que nous ayons le droit d’exister. Lorsque les juifs se préoccupent les uns des autres au-delà de leurs différences, ce faisant, ils se préoccupent du reste du monde.

Le seul moyen pour les Palestiniens de se libérer viendra uniquement de l’unité du peuple juif dans le monde. Les querelles constantes entre religieux et séculaires, ashkénazes et sépharades, conservateurs et libéraux, ne sont que de l’huile jetée sur le feu de l’antisémitisme. Les juifs doivent atteindre une sorte d’accord tacite pour protéger leurs propres intérêts, et afin de remplir leur rôle dans le monde.

Le peuple juif doit pousser Obama à protéger Israël à l’ONU, lequel votera toujours contre Israël, quel que soit l’enjeu, à cause du bloc constitué en 1975 par tous les états arabes anti-israéliens et tous les pays communistes.

Pour un spectateur neutre, il semblerait un peu étrange que 40% des résolutions de l’ONU sur les droits de l’homme aient été portées contre Israël, même si le génocide du conflit israélien-palestinien ne représente qu’un minuscule point sur l’écran du radar, alors qu’il existe dans beaucoup des nations représentées à l’ONU.

Il en est ainsi parce que le terrain de jeu de l’ONU n’est pas vraiment équitable, et que la tendance naturelle vers l’antisémitisme sera toujours de blâmer les juifs pour tout problème qui existe dans le monde. Même si j’aimerais demander plus, tout ce que je voudrais, en tant que juif américain libéral à tendance modérée, c’est que notre peuple fasse tout son possible pour empêcher la destruction du seul endroit qui nous sert d’asile.

Même Barack Obama, ennemi des juifs conservateurs, est encore assez modéré pour prévenir cela, mais si les juifs continuent à pousser le parti démocrate dans cette direction, il est effrayant de penser à ce qui pourrait arriver à Israël.