Paris le 31 Juillet 2016,

Chers amis intellectuels, chefs d’entreprise et médecins musulmans, je me permets de m’adresser à vous suite à votre appel paru ce jour dans le JDD.

A cette occasion, je tenais à vous remercier d’avoir pris la parole, ou plus exactement la plume, pour dénoncer, en tant que musulmans, le terrorisme islamisme et ses conséquences désastreuses sur la cohésion nationale.

Je vous remercie d’avoir brisé l’omerta des musulmans de France qui devenait incompréhensible et, pour beaucoup d’entre nous, insupportable.

Je vous remercie d’avoir brisé ce silence qui devenait assourdissant.

Comme vous le dites si bien, ce carnage contribue à l’horreur : «L’horreur, toujours plus d’horreur et la volonté très claire maintenant de dresser les ­Français les uns contre les autres. Ces actions sont d’autant plus détestables qu’elles sont illégales comme l’ont répété les ministres Emmanuel Macron, Bernard Cazeneuve et Manuel Valls.»

Vous en faites l’historique macabre : « Après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes et d’hommes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant la messe…» !

Mais, il y a toujours un mais… Oublier le terrible assassinat dans la pire des barbaries d’Ilan Halimi, oublier les attaques au bélier contre les synagogues, oublier les attaques quotidiennes au couteau contre les français juifs, oublier les soldats français (maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et et Mohamed Legouad) lâchement assassinés au service de la France, oublier l’assassinat abominable de Jonathan Sandler sauvagement abattu en dehors de l’école Ozar Hatorah à Toulouse alors qu’il essayait de protéger du tueur ses deux jeunes fils, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans, oublier cet ignoble tueur qui assassine l’un de ces enfants alors que celui-ci rampe à terre aux côtés des corps de son père et de son frère, oublier Myriam Monsonégo, fille du directeur de l’école, Yaakov Monsonégo, âgée de 8 ans, que le bourreau attrape par les cheveux en pointant sur sa nuque son son pistolet et qui, lorsque celui-ci s’enraie, change d’arme pour tirer à bout portant dans la tempe de la fillette, oublier l’assassinat de ces jeunes dans la force de l’âge à l’Hyper casher de Vincennes…

Oui, tous oubliés ! Et je pourrais ajouter à la liste l’assassinat à l’arme blanche dans son sommeil d’une jeune israélienne âgée de 13 ans : Hallel Yaffe Ariel !

Drôle de coïncidence, mais est-ce une coïncidence ? Tous ces oubliés ont la commune particularité d’être juifs !

Alors, j’ose espérer que cet oubli malheureux est involontaire, incongru mais involontaire …

Aussi, que cet oubli soit conscient ou inconscient, volontaire ou involontaire, il mérite des excuses et réparation !

Je veux espérer que votre appel est sincère et qu’il est un véritable appel à siffler la fin du jeu de massacre, qu’il est un appel à tous les musulmans pour le respect d’autrui, y compris envers les juifs, premiers martyrs de cette haine islamique !

En conclusion, si cet appel est sincère, s’il s’adresse à tous les Français, vous n’avez pas d’autres alternatives que de vous excuser et de corriger.

Afin d’éviter toute polémique inutile, je vous appelle donc à corriger immédiatement votre texte, après avoir adressé vos excuses à ces victimes oubliées et à leurs familles.

C’est donc dans un questionnement non polémique mais décidé que nous attendons une réponse claire de votre part.

Chers amis musulmans, dans l’attente de votre réponse et de votre action attendue, je vous adresse mes salutations les plus amicales.

Richard C. ABITBOL
Président