On ne le dira jamais assez ! La gauche, dont Charles Enderlin et un fervent adepte, ne voit la paix advenir dans le conflit proche-oriental que par la soumission totale de l’Etat d’Israël aux oukases du camp de ceux qui ont échoué à l’éradiquer. Dans un billet sur son blog reprenant un article de Nahum Barnéa, éditorialiste du Yediot Aharonot, il assure haut et fort que « Les américains rejettent la responsabilité de l’échec sur Israël ».

Ce qui depuis l’an 2009, et l’élection de Barak Obama, n’est pas en soi une grande nouvelle et n’étonne que ceux qui le veulent bien.

Si dans ce billet l’on trouve les accusations contre l’Etat Israël, on y trouve, bien sûr, les « concessions de Mahmoud Abbas ».

«  La démilitarisation de la Palestine.

– Un tracé de la frontière laissant 80 pour cent des colons en territoire israélien.

– Laisser Israël des zones de sécurité (surtout dans la vallée du Jourdain) pendant cinq ans, les États Unis prenant ensuite la relève.

– Les quartiers de colonisation Juifs à Jérusalem Est resteront sous la souveraineté israélienne

– Le retour de réfugiés ne se ferait qu’avec l’accord d’Israël « Israël ne sera pas submergée de réfugiés ! » a-t-il dit ».

Un véritable plan de ‘’paix’’ ! Que nul, doté de logique, n’en rie !

Si la démilitarisation du futur état est la base minimum de tout accord, les ‘’concessions’’ du Président de l’Autorité palestinienne ne vont pas jusqu’à accorder la nationalité ‘’palestinienne’’ aux vingt pourcent des israéliens situés sur le territoire de ce nouvel état. Environ une centaine de mille.

L’état à naître est donc destiné à devenir judenrein. Vidé, nettoyé de toutes présences de Juifs.

C’est pourtant de paix qu’il s’agit !

Ira-t-il jusqu’à détruire les synagogues comme le fit le Hamas dès sa prise de contrôle de la bande de Gaza ? A priori non, mais nul ne s’engagera pour ceux qui, à coup sûr, le déborderont alors !

Le grotesque étant que parallèlement le Président de l’AP refuse de reconnaître que le deuxième état soit, entre autres, celui de ces Juifs qui seront priés de déguerpir au plus vite !

La gauche, citant l’administration us, vous assurera pourtant qu’Abbas à fait des ‘’concessions’’ !

Si l’on ne s’appesantira point sur la relève US dans la vallée du Jourdain privant ainsi l’état hébreu, après les cinq premières années, de la seule surveillance efficace, le quidam éclairé notera que le Mont du Temple ne fait pas partie de ces ‘’concessions palestiniennes’’. Celui-ci devant se transformer, ad vitam aeternam, en « esplanade des mosquées ».

Ce qui n’offusquera pas le ‘’professionnel’’ de France 2 pourtant, paraît-il, juif.

Le comique de ces ‘’concessions’’ est l’assurance de Mahmoud Abbas que « Le retour de réfugiés ne se ferait qu’avec l’accord d’Israël ». « Israël ne sera pas submergé de réfugiés ! » a-t-il précisé !

Comique, risible est l’entêtement de vouloir créer un état purifié de Juifs et d’exiger corrélativement voir sa propre population prendre la nationalité du pays voisin.

Ceci dit, les réfugiés de 1948 n’étant dorénavant qu’une poignée de quelques milliers, gageons que l’Etat juif ne se fera pas prié, à titre humanitaire et pour clore définitivement le conflit, de leur ouvrir ses portes.

Le hic étant que les réfugiés de 1948 ont enfanté des millions de petits ‘’réfugiés’’. Et, unique dans l’histoire du droit international, ces petits ont hérité du statut de leurs arrières grands-parents, voire de leurs ancêtres !

Et gag sur le gâteau de la ‘’paix’’, Israël serait seul à décider de leur retour !

Qui gagerait un kopeck sur l’accord à cette ‘’concession’’ du Hamas, du Djihad et de tant d’autres associations ‘’caritatives’’ ? Charles Enderlin et ses clones évidemment ! Soit une minorité de Juifs israéliens n’ayant aucun pignon sur rue.

Quant à l’administration us actuelle, elle ne sera plus en poste pour parer au conflit qui reprendra à coup sûr de plus belle. Pour cause, bien sûr, du refus d’Israël de laisser retourner « chez eux les réfugiés » !

Un conflit qui démarrera aussitôt le retrait israélien terminé de la « Palestine » judenrein qui aura comme capitale ‘’Al-Qods’’ !

Evidemment !

A n’en pas douter, le terme paix est ici galvaudé ! La seule paix possible sera celle qui soutiendra la solution de deux états pour deux peuples. Elle ne pourra advenir que lorsque le monde musulman acceptera ouvertement que l’Etat d’Israël soit l’Etat du peuple juif, que Jérusalem soit la capitale une et indivisible de cet état, et que celui-ci n’ait rien à voir avec les soi-disant ‘’réfugiés’’.

Lorsque ces conditions seront pleinement acceptées, il sera alors temps de dessiner les frontières du nouvel état. Un état qui contiendra des citoyens Juifs et garantira la sécurité de ses voisins.

Toutes tentatives de sortir de ce chemin logique n’est que poudre aux yeux de la part de ceux qui ont d’autres intérêts, idéologiques ou non, que celui du peuple juif.