La Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël est profondément indignée et courroucée par la tonalité anti-républicaine et antisémite de la manifestation dénommée « Jour de Colère » qui s’est déroulée hier à Paris.

Ce « Jour de Colère » marquera le courroux de la communauté juive de France face aux attaques continues dont elle est la victime depuis de nombreuses années et tout particulièrement ces dernières semaines.

Après l’affaire Dieudonné, les attaques indignes contre un Juge du Conseil d’Etat du fait de ses origines et les allusions déplacées par un ancien Avocat Général sur les origines de Jean-François Coppé, les propos que l’on a pu entendre, hier, dans les rues de Paris laissent des senteurs nauséabondes dans les méandres de notre République.

Pour la première fois depuis la guerre, nous avons entendu des dizaines de milliers de personnes qui scandaient à l’unisson «Juif la France n’est pas à toi».

Les cris haineux à l’encontre des autorités républicaines, des franc-maçons et des juifs rappelaient tristement les « ligues » d’avant-guerre et avaient un arrière-goût de « Nuit de Cristal » soft. Tout cela laisse présager le pire pour demain !

La mise en cause par l’Union Européenne des pratiques, rituels, us et coutumes liés aux fondamentaux du judaïsme ainsi que la négation par l’U.N.E.S.C.O du lien ancestral et indéfectible du Peuple Juif avec le berceau de sa culture et de sa foi, Israël, donne une tonalité internationale à la déliquescence morale à laquelle bon nombre de nos concitoyens assistent de manière silencieuse.

L’attitude courageuse et déterminée de nos gouvernants ne suffit plus à stopper les hordes haineuses qui se déchaînent jour après jour dans les medias, sur internet et aujourd’hui dans la rue.

Nous ne pouvons plus accepter les arguties déplacées sur une soi-disant « liberté d’expression » qui n’a pour but que de porter atteinte à la dignité de plusieurs centaines de milliers d’individus de confession juive et qui est susceptible de mettre en danger la vie de certains d’entre eux.

Il est temps de déclencher un sursaut national, tous partis confondus, afin de dire  » Non !  » à cette dérive insupportable.

Nous demandons à la Garde des Sceaux de transmettre à tous les parquets une circulaire afin d’agir avec célérité et sévérité contre tous les délits connotés de racisme et d’antisémitisme, et ce, en stricte application des lois existantes.

Nous demandons à tous les partis politiques, et à tous les français attachés au respect de la dignité humaine, de se mobiliser et d’organiser une immense manifestation pour proclamer leur colère et leur dégoût face à cette vague haineuse qui déferle sur notre pays.

Toute la misère du monde ne peut pas justifier l’appel nauséabond au racisme et à l’antisémitisme auquel on assiste passivement. Aucune souffrance ne peut servir d’alibi à ces dérives immondes.

N’est pas républicain celui qui se déclare comme tel mais celui qui le prouve par ses actes.

Nous appelons tous les responsables politiques ainsi que toutes les personnalités de la société civile et religieuse à dénoncer la renaissance de la bête immonde, et cela, triste coïncidence, le jour anniversaire de la liberation du Camp d’Auschwitz !