La première question qu’on nous pose quand on arrive en Israël, c’est « mais qu’est-ce qui t’a pris de venir ici » ?

Et le fait est que depuis un certain nombre d’années maintenant que j’appartiens à cette société israélienne, j’ai entendu tout et n’importe quoi sur nous.

La société israélienne est la plus libre du monde. La plus obtuse. La plus tolérante et la plus intolérante. La plus moderne et la plus archaïque. La plus ouverte et la plus fermée…

Ce qui est troublant, c’est que tout est vrai, alors j’ai eu envie d’aller chercher un peu plus loin.

C’est comme ça qu’est née l’idée de cette émission.

De l’observation facile à se faire de ce côté-ci de la Méditerranée que nous, les gens, nous sommes tous intéressants et généreux de nos histoires, de nos opinions, de nos idées.

Et nous tous, qui allons et venons, nous avons lu des livres et un sans doute, plus particulièrement, a une place de choix dans nos pensées, peut-être même que certaines de ses lignes guident notre chemin. C’est joli, non, d’envisager toutes ces phrases intéressantes ou pas qui flottent au-dessus de nos têtes pendant qu’on a l’air de faire autre chose ?

Et chaque personne depuis à qui j’ai demandé « et toi, quel est ton livre ? » m’a sorti un titre et souvent même, elle en a été la première étonnée.

Ce que j’ai eu envie d’aller chercher, c’est cette petite musique intérieure qui nous rythme, en me disant qu’à travers notre petite bibliothèque, derrière ce portrait chinois des livres, depuis le temps que le monde entier croit nous comprendre sans jamais chercher à nous connaître, nous allons donner une image de nous plus juste.

Enfin j’espère.

Alors voilà, j’invite qui le désire à venir partager avec nous son livre, on ne se la joue pas Pivot, juste on pose le livre sur la table de la Librairie du Foyer, Kikar Masaryk à Tel Aviv, on s’en lit quelques extraits et on voit où ça nous mène.

Cette semaine, Danièle Holan a choisi avec « les Mangeurs d’étoiles » de Romain Gary de venir partager avec nous son admiration pour cet immense écrivain.

Les mangeurs d'étoiles