Les Kurdes d’Irak viennent de voter à une très large majorité pour leur auto-détermination. Ces éternels oubliés de l’Histoire, vont-ils enfin obtenir leur Etat, chèrement payé dans la lutte contre Daesh, ou seront-ils une fois de plus contraints de céder à la mauvaise raison du plus fort ?

A la chute de l’empire ottoman, le Kurdistan oublié

Par quel mauvais sort, les Kurdes, ce peuple non arabe du Moyen-Orient, fort de plus de 35 millions d’âmes, vivant sur sa terre écartelée de l’Iran à la Turquie, n’intéresse les nations que lorsqu’il verse son sang au plus grand bénéfice des autres.

Les grandes puissances leur avaient pourtant promis un Etat quand il s’est agi de lutter contre l’empire Ottoman. Mais au moment du partage entre les vainqueurs, principalement la Grande-Bretagne et la France, parmi des pays créés de toutes pièces, il n’y eut point de Kurdistan.

Les Kurdes en première ligne en Irak et en Syrie contre Daesh

Dans la guerre contre Daesh, en Irak, alors que l’armée de Bagdad avait fui devant l’avancée des djihadistes, ce sont des peshmergas kurdes sous-équipés mais déterminés qui leur ont infligé leurs premières défaites.

En Syrie, alors que la Russie, la Turquie et l’Iran avec ses supplétifs du Hezbollah ont pour objectif premier de diviser le pays en autant de zones d’influence, les Kurdes sont là encore en première ligne de la « Coalition internationale » pour défaire les deniers bastions de l’Etat islamique (EI), comme à Deir ez Zor, un point stratégique de la vallée de l’Euphrate.

Sans les Kurdes, l’avenir de cette région continuerait de s’écrire en lettre de sang, celle d’un barbare califat islamique détruisant tout ce qu’il considère non conforme à sa vision du monde et lançant ses tentacules vers le « monde libre ».

Le vote historique des Kurdes irakiens pour l’auto-détermination

Dans le même temps, ce 25 septembre, Massoud Barzani, président du gouvernement régional du Kurdistan irakien, a organisé un référendum historique pour l’auto-détermination où le OUI l’a emporté à la très large majorité de 92,7 %. Lassé des injustices et de l’oubli dont il a été victime, le peuple Kurde s’est prononcé démocratiquement et a pris son destin en main.

Sans attendre les résultats, le gouvernement central irakien a condamné le scrutin et menacé d’un recours à la force armée. De même que la Turquie et dans une moindre mesure l’Iran, soucieux de ce qu’il pourrait arriver avec leurs populations kurdes respectives ou de l’exemple donné aux autres minorités.

Les pays occidentaux ont fait part également de leur réprobation ou de leur vive inquiétude au nom du principe de l’unité des pays concernés et de la stabilité de la « Coalition » contre Daesh. Oubliant un peu vite qu’ils ont contribué à édifier les Etats de cette région au mépris des réalités ethniques et religieuses, source des crises actuelles.

Israël, seul soutien de l’auto-détermination kurde

Tranchant avec la réprobation internationale, Israël est un fervent soutien de l’auto-détermination kurde. Les détracteurs du référendum ne manquent pas d’invoquer un calcul de la part de l’Etat Juif cherchant par tous les moyens un allié parmi les pays du Moyen-Orient.

Certes, mais au-delà, il existe une réelle solidarité. Car ces deux peuples non arabes, au mieux longtemps considérés comme des citoyens de seconde classe, ont de ce fait vécu et continuent de vivre des expériences similaires.

Tout comme les juifs, les Kurdes ont été victimes d’un génocide. En Irak, le régime de Saddam Hussein n’hésita pas à utiliser en 1988 des armes chimiques qui firent plus de 50 000 morts, hommes, femmes et enfants. Le même pays qui les menace aujourd’hui de recourir à la force, alors que la guerre contre l’EI n’est pas encore achevée. Révoltante priorité !

Noyés au sein d’un océan d’hostilité, ils ont appris à leur dépend qu’il ne fallait pas compter sur les promesses de la communauté internationale et qu’il valait mieux être maître de son avenir plutôt que de dépendre des autres pour sa sécurité. Ainsi, plus qu’un simple intérêt mutuel, il s’agit d’une identification réciproque entre Kurdes et Juifs.

Le recours à la force contre les Kurdes ?

Devant les menaces de confrontation armée ou de sanctions économiques qui ne cessent de s’amonceler depuis l’annonce du référendum, le président kurde, tente la difficile manœuvre de désamorcer la situation tout en faisant preuve de détermination.

A Bagdad, même si le Parlement a voté la mobilisation des troupes, en particulier pour récupérer les « régions contestées » riches en hydrocarbures, l’armée, très affaiblie, est bien loin de pouvoir vaincre des peshmergas aguerris. D’un point de vue économique, les échanges sont bilatéraux, et toute action à ce niveau entraînerait un retour de boomerang.

En ce qui concerne Téhéran, après avoir haussé le ton, la rhétorique s’est quelque peu nuancée. L’aspect économique joue également. Mais surtout, la République islamique ne peut gérer plusieurs fronts à la fois, en Irak et en Syrie.

Quant à Damas qui seule n’a pas les moyens de sa politique, le régime s’est fendu de déclarations sibyllines et d’une vague promesse d’autonomie relative des régions Kurdes de Syrie ou Rojava.

Ce qui n’est pas le cas de l’allié russe, en compétition avec les Américains pour la maîtrise de Deïr ez Zor, une zone riche en hydrocarbures. L’aviation de Poutine a malencontreusement bombardé par deux fois une des composantes de la « Coalition internationale », les « Forces Démocratiques Syriennes » sous commandement Kurde. Cependant, cela ne devrait pas aller beaucoup plus loin sous peine d’une escalade entre Moscou et Washington.

Reste Ankara. L’imprévisible Erdogan craint plus que tout que les mouvements kurdes de Turquie ne s’inspirent de l’auto-détermination de leurs frères irakiens. Adepte de la manière forte, il pourrait fort bien engager une action militaire à l’issue incertaine. Dans ce cas, que feraient la « Coalition américaine » et Israël pour défendre leur allié kurde ?

Comme on peut le constater, dans ce contexte explosif, l’usage de la force contre la région autonome ou son étranglement économique seraient des armes à double tranchant aux répercutions potentiellement incontrôlables. Mais les enjeux sont contradictoires, tant au niveau de la recomposition géopolitique que des intérêts pétroliers ce qui attise toutes les convoitises.

Le martyr kurde ou l’hypocrisie des nations !

Les Kurdes ont tout pour susciter la sympathie : un peuple opprimé par des Etats puissants, la lutte contre l’ennemi commun Daesh, une volonté farouche de survivre et de fonder un foyer national.

Paradoxalement, alors qu’un autre peuple en recherche d’indépendance, les Palestiniens, bénéficient d’un constant soutien d’ONG et des nations dans les forums internationaux, comme tout récemment à Interpol, rien de tel pour les Kurdes, pas même l’aide des habituels activistes des droits de l’homme.

Alors que nous devons tant au peuple kurde, les promesses non tenues et son action d’aujourd’hui, ce traitement injuste alors qu’il est menacé de toutes parts est incompréhensible, pour ne pas dire criminel !