Une page de l’Algérie est en train de tourner définitivement avec la pétition signée par de jeunes officiers de la 7ème brigade blindée, déclenchant une alerte générale des Généraux algériens.​​
Ces jeunes officiers algériens de l’Armée Nationale Populaire (ANP) ont menacé, ni plus ni moins, d’apporter tout leur soutien aux protestations contre le « régime du fauteuil roulant », enregistrant des ralliements de nombreuses unités de l’armée algérienne.​​
Par ailleurs, et c’est du jamais vu en Algérie, de nombreux jeunes officiers algériens ont critiqué nommément leur commandement par de nombreux slogans tel que : « tout le peuple s’élève contre la bande à Gaid Salah et Said ». Une allusion faite à la connivence entre le Haut Commandement de l’ANP et la famille du Président.​​
De plus, ces mêmes jeune officiers algériens ont menacé de violer les lois qui leur interdisent les débats politiques, y compris celle du Général Ghediri qui n’autorise les militaires à faire de la politique que cinq ans après avoir quitté l’ANP et ont enjoint les membres de l’armée à ne point s’opposer à la volonté du peuple algérien qui refuse la candidature de Bouteflika.​​
Il est fort à craindre que ces mouvements au sein de l’armée algérienne ne provoquent un dérapage sécuritaire, ce qui expliquerait, en partie, le déploiement de milliers d’éléments de la police et de la gendarmerie dans les quartiers et boulevards de la capitale, d’autant qu’une multitude de tracts demandent aux Algériens à participer, avec force, à la « marche millionnaire » prévue pour les 22 et 24 février 2019.​​
C’est pourquoi, face à cette nouvelle donne, qualifiée de dangereuse pour lui-même et ses affidés, le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire algérienne s’est trouvé dans l’obligation de décréter l’Etat d’alerte général dans le pays afin de sauvegarder uniquement ses propres intérêts, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.​​
Au sein des élites intellectuelles et politiques algériennes, personne n’ignore l’ampleur du désastre annoncé. N’a-t-on pas vu des jeunes générations algériennes descendre massivement dans les rues ces derniers jours ? N’a-t-on pas vu des manifestants briser les portraits du Chef de l’Etat ou le piétiner tout en dénonçant les 1000 milliards de dollars qui se seraient évaporés pendant son règne ? Ce chiffre, à lui seul ne résume t-il pas de manière idoine deux décennies de faillite économique et sociale ?​
Attendons nous, dans un proche avenir, à une déliquescence totale du régime algérien et à l’avènement d’une nouvelle République algérienne dans laquelle le peuple algérien, toutes composantes confondues, à savoir Arabe et Berbère, qu’il soit de confession Musulmane, Chrétienne ou Juive, gérera convenablement leur pays et l’Armée algérienne retournera une fois pour toute dans ses casernes et s’occupera de la chose militaire sous les ordres du politique.​