C’est l’histoire des commerçants séfarades portugais, Hollandais et Marocains du début du XVIe siècle-XVIIIe siècle qui s’installèrent dans deux communautés sur la Petite Côte du Sénégal.

Là, ils vivaient comme des juifs, sous la direction spirituelle des rabbins envoyés par la communauté juive portugaise nouvellement établie à Amsterdam et ont été protégés contre les agents de l’Inquisition par les dirigeants musulmans locaux.

Les communautés de la Petite Côte comprenaient plusieurs Juifs d’héritage mixte portugais-africain, ainsi que des femmes africaines, des descendants et des domestiques.

Le commerce des armes à lame représentait une part importante de leurs activités commerciales.

Ces marchands participaient pleinement dans le commerce ouest-africains. Ce commerce dépendait des artisans et des marchands basés au Maroc, à Lisbonne et dans le nord de l’Europe et affectait la guerre dans le Sahel et le long de la Haute-Guinée.

L’étude révèle des communautés juives jusqu’alors inconnues et offre ainsi une réinterprétation de la dynamique et des processus de construction identitaire dans le monde atlantique.

Difficile de résister aux vents de l’histoire.