Vendredi dernier 1er juillet après-midi, lors de la discussion du projet de loi « égalité et citoyenneté », les amendements du député PS frondeur Bachelay tendant à dépénaliser l’appel au boycott d’Israël et soutenir l’ignoble campagne BDS ont été retirés en séance après avoir été débattus.

Avec d’autres députés amis d’Israël, nous nous sommes mobilisés depuis une dizaine de jours contre les amendements Bachelay.

J’ai écrit au Premier ministre et aux présidents des groupes PS Bruno Le Roux, LR Christian Jacob et UDI Philippe Vigier et je me suis entretenu avec le Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement Jean-Marie Le Guen et le président du groupe d’amitié France-Israël a l’Assemblée nationale, Pascal Popelin, actuellement en voyage en Israël avec une délégation et avec lequel nous avons d’ailleurs dîné à la Résidence de l’Ambassadeur à Jaffa.

Étant en Israël, je n’ai, hélas, pas pu prendre la parole contre ce texte honteux et je voudrais rendre un hommage appuyé à mes collègues députés, de tous bords politiques, et particulièrement aux députés PS François Pupponi et PRG Paul Giacobbi et au député LR Pierre Lellouche, qui ont vigoureusement combattu ce texte hypocrite animé par la seule détestation d’Israël et contraire aux principes républicains et du droit international.

Les amendements ont été retirés, sous notre pression, car il était clair que M. Bachelay et ses amis essayaient d’utiliser la loi « égalité et citoyenneté » pour faire passer ce cavalier législatif.

Je le redis : la campagne BDS, déclarée illégale par la cour de cassation, n’est que le visage pernicieux de ce vieil antisémitisme qui cherche à stigmatiser le Juif en accolant l’étoile jaune à l’Etat d’Israël.

Hélas, cette obsession anti-sioniste est tenace : les mêmes qui n’ont pas un mot pour la petite Hallel, 13 ans, poignardée dans son lit, ni pour ce père assassiné devant ses enfants vendredi dernier à Hébron chercheront sans doute à nouveau dans le futur à légaliser la discrimination et le boycott d’Israël.

Bachelay l’a annoncé : il risque d’essayer de faire passer ce texte lors de l’examen du projet de loi relatif à la justice du 21ème siècle, qui sera discuté le 11 juillet.

Je reste vigilant et ne laisserai jamais passer un texte qui légalise la haine d’Israël !