Le premier tour des élections présidentielles françaises a donné lieu à de curieux phénomènes de stratégie électorale et politique.

C’est ainsi qu’après avoir été exclu des instances dirigeantes du Front National (FN), ferraillé par tous moyens y inclus judiciaires pour se maintenir au poste de « président d’honneur » du parti, et combattu avec la dernière énergie l’équipe menée par sa fille Marine, Jean-Marie Lepen lui a obligeamment et publiquement offert son soutien et celui de ses troupes à quelques heures de l’ouverture du scrutin.

Il est vrai que le conflit politique qui a ravagé le FN et les Lepen n’a pas empêché la fille et le père de vivre dans le même domaine familial aux portes de Paris.

Cette situation contradictoire permet ainsi et objectivement au FN de collecter les voies des tenants des deux pans du parti : autour de Lepen-fille ceux qui se concentrent sur le nationalisme et autour de Lepen-père ceux qui soutiennent les contraventions et autres délits dont il a régulièrement à répondre devant l’autorité judiciaire.