On peut aisément tirer des leçons de suite, du dernier acte terroriste de Saint-Etienne du Rouvray.

1- Toutes les lois qui existent et toutes les précautions, bracelet électronique, contrôle judiciaire des individus dangereux, ainsi que le régime de l’Etat d’urgence ne permettent pas de mettre en sécurité les français, elles sont inopérantes.

2- La justice est trop laxiste avec des terroristes qui ne cachent même plus leur intention de passer à l’acte, comme certains des amis du tueur de l’Eglise viennent de le signaler, interrogés ce soir aux infos de France 2, c’est de la pure inconscience, ou alors c’est la peur qui les empêche de prendre les décisions qui devraient s’imposer.

Est-ce que les juges qui libèrent les prisonniers ou qui les condamnent à des peines dérisoires sont sous menace, la question est posée, peut-être qu’à l’instar des policiers qui désormais se cachent le visage sous une cagoule, les juges devraient en faire de même… Je sais que certains ont déjà été menacés voir attaqués dans leur fonction.

3- Pourquoi la France met autant de moyens pour empêcher les personnes radicalisées d’aller se battre en Syrie s’ils en ont envie ? Ne serait-il pas plus judicieux de les laisser partir se battre pour leurs idées, les armes à la main, plutôt que de les retenir en France où plusieurs d’entre eux sont passés á l’acte ?

J-L Mélanchon qui n’est jamais en reste quand il s’agit d’agiter les passions, avait eu l’outre-cuidance de mettre sur le même plan, les franco-israeliens qui combattent dans Tsahal, et les djihadistes radicalisés français désirant ardemment, partir combattre les troupes d’Assad en Syrie, faisant une comparaison incompréhensible et très mal-venue.

J’avais déjà évoqué dans un de mes précédents blog, ce non-sens, d’arrêter au départ des aéroports français, ces postulants au Djihad, conseillant de les laisser partir (à condition qu’ils soient majeurs) et de ne les arrêter qu’à leur retour s’ils étaient encore vivants, mais a priori mon idée ne devait pas être partagée par d’autres, cela a déjà coûté la vie à quelques dizaines de personnes assassinées en France.

Après tout pourquoi ne pas réserver un comptoir spécial à Roissy pour tous les volontaires, on ferait d’une pierre deux coups, d’un côté on les ficherait au départ, et d’un autre côté on se débarrasserait d’individus déterminés et dangereux qui, pour la plupart ont réussi à rejoindre quand même les rangs de l’EI malgré toutes les barrières mises sur leur route.

Je pense que les autorités françaises font fausse route sur toute la ligne, si j’étais à leur place, voici les décisions urgentes que je prendrai :

1- Changer la législation sur les individus soupçonnés de radicalisation, à la guerre comme à la guerre, il n’y a aucune honte à mettre hors d’état de nuire, des individus du genre de celui qui a attaqué l’Eglise et égorgé ce pauvre Prêtre, centres de rétention, condamnations à de plus longues peines (jusqu’à la fin du conflit syrien) je suis certain que beaucoup d’états européens suivraient cette voie si la France montrait le chemin.

Qui s’en plaindrait et qui trouverait à redire sur la démocratie ou les droits de l’Homme, à moins que les dirigeants de ce pays attendent patiemment que le FN prenne cette décision quand il prendra le pouvoir prochainement si cela continue ainsi…

2- Ne plus empêcher les volontaires qui veulent en découdre avec le régime d’Assad en Syrie, de partir, ils feront moins de mal aux Français là-bas qu’en France, après tout chacun doit être libre d’aller vivre sa vie où il l’entend et comme il l’entend. Si les parents de ces individus font des pressions sur le gouvernement pour qu’ils les empêchent de partir, celui-ci devrait leur rétorquer que c’est leur mission de parents de surveiller leur progéniture et de faire attention à leurs fréquentations, les Français dans leur ensemble n’ont pas à payer pour eux et encore moins de faire ce travail à leur place.

Si l’on veut éviter une gueguerre civile, voir un coup d’état en France, il va bien falloir que cela change, les Français ne vont pas assister les bras croisés à ces attentats quasi-journaliers sans bouger, leur patience à des limites, et le gouvernement devrait se méfier de « l’eau qui dort » avant qu’il ne soit trop tard.

C’est en mettant hors d’état de nuire tous ceux qui sont identifiés et fichés comme étant susceptibles de passer à l’acte que l’on diminuera la menace, et certainement pas en augmentant sans cesse les forces de l’ordre dans les rues qui ne font peur à personne, en tout cas pas au genre de terroristes qui courent les rues comme ceux qui ont perpétré l’attentat de Saint-Etienne du Rouvray, dois-je le rappeler, fichés « S », dont un au moins un était avec un bracelet électronique, sous contrôle judiciaire et en liberté surveillée, et l’autre identifié comme dangereux et dont la photo circulait chez toutes les forces de Police et de Gendarmerie, excusez du peu…

Jusqu’a quand le gouvernement va-t-il se contenter de mesures insignifiantes et inefficaces, on en a la preuve tous les jours ! Le feu couve, je ne pense pas être seul à m’en inquiéter.