Dans une série d’actions qui indiquent clairement le mépris pour le christianisme et le judaïsme, l’UNESCO a récemment voté une résolution effaçant toute connexion juive avec le mont du Temple, à Jérusalem. La décision n’a pas eu lieu par hasard, car l’UNESCO a en fait une longue histoire de parti pris à l’encontre d’Israël. Mais cette récente action contre le site juif le plus sacré pourrait avoir de graves répercussions.

On pourrait consacrer un certain temps pour présenter les très nombreuses preuves en faveur d’un Temple juif et d’un Mont du Temple juif. On les trouvera facilement dans la Bible, l’archéologie et même l’histoire séculaire (y compris au sein de l’histoire musulmane).

Toutes ces preuves n’apporteraient pas grand-chose de plus pour convaincre celles et ceux qui savent déjà que le Temple et ses environs étaient et continuent à être des sites juifs. Mais ces preuves, apparemment, n’auraient pas de poids aux yeux de celles et ceux qui attaquent depuis bien longtemps la légitimité du site juif.

L’Autorité palestinienne et ses acolytes sont devenus de vrais professionnels du révisionnisme historique. Il a fallu à peu près cinquante ans pour que la cause palestinienne devienne la nouvelle vérité incontestée. Yasser Arafat, le père de « l’auto-détermination palestinienne » serait très fier des « progrès » réalisés par ses successeurs depuis sa mort en 2004.

La première chose à comprendre est que le ré-étiquetage du Mont du Temple n’a vraiment rien à voir avec toute nouvelle preuve historique ou archéologique récemment découverte. Si c’était le cas, la connexion du peuple juif au Mont du Temple serait encore plus forte. En réalité, l’UNESCO ne se soucie pas beaucoup de la connexion (ou du manque de connexion) historique « palestinienne » avec le site juif en question. L’UNESCO est surtout intéressée par tout ce qui peut être fait pour nuire à la légitimité d’Israël vis-à-vis de son territoire historique, peu importe le coût, les mensonges à fomenter et les conséquences déplorables de cette résolution inqualifiable.

Plusieurs conséquences vont en effet découler de ce vote réalisé il y a quelques jours. Elles pourraient affecter Israël en particulier, le peuple juif également, et même les chrétiens et les Occidentaux en général. Nous ne devons pas sous-estimer ce qui vient de se passer.

Le monde se tourne de plus en plus contre Israël (Joël 3: 1-2, Zacharie 12: 1-3; 14: 2, Daniel 12: 1). Bien que cela ne doive pas surprendre celles et ceux qui apprécient la vérité biblique et les passages prophétiques du Tanakh (Bible juive), les derniers événements sont quand même très troublants.

En dehors de l’Egypte et de la Jordanie, l’ensemble du Moyen-Orient est plus en moins en guerre avec l’Etat juif. À ma grande surprise, même la Jordanie (qui a appuyé l’Autorité Palestinienne) était derrière l’ordre du jour pour la promotion d’un tel vote absurde. Il est très révélateur, en ces temps où si peu de pays soutiennent Israël, que la Jordanie devienne une sorte de traître envers Israël.

Mais le vote de l’UNESCO n’a pas seulement mis la lumière sur les pays insensés qui ont voté en faveur de la résolution (24 oui / 4 non). Le vote a aussi révélé ce fait inquiétant : 26 pays se sont abstenus. Était-ce un vote trop politique ? Ou était-ce simplement que ces pays ne voulaient pas être pris au milieu d’un feu croisé entre Israël et ses ennemis. L’apathie résultante est tout aussi épouvantable. D’une manière générale, le monde souffre d’une certaine « fatigue du Moyen-Orient » depuis un certain temps maintenant. Alors quand l’UNESCO a voté pour éliminer Israël de la carte, la grande majorité du monde sembler bailler et vouloir passer à autre chose.

Le problème le plus pressant, c’est cette validation « officielle » de l’agenda palestinien vis-à-vis du Mont du Temple et de l’incessante présence juive pourtant constatée depuis des millénaires. Les Palestiniens ont maintenant l’UNESCO de leur côté, et peuvent alors justifier plus de violence dans un avenir proche. Qui pourrait donc être contre le fait de repousser Israël (les «envahisseurs») hors d’un lieu saint palestinien ? Je parle d’une possible troisième Intifada.

Les quelques amis restants d’Israël, individuellement et collectivement, devraient être très vocaux au sujet de cette dernière tournure d’événements. Et non pas seulement parce qu’elle s’est produite, car je suis convaincu qu’il y aura encore davantage de délégitimisation et de diabolisation d’Israël. Mais alors qu’Israël et les Juifs sont à nouveau isolés par le monde entier, nous devrions prendre l’initiative d’élever nos voix car trop peu de personnes le font.

Israël avait toujours Dieu de son côté. C’est le même Dieu qui a permis à Salomon de construire le Temple de Jérusalem (1 Rois 6, 2 Chroniques 3, Psaume 134, 138, 146-150) et qui lui a permis d’être rénové et reconstruit sous Hérode le Grand. C’est Dieu qui protégera Israël contre la destruction (Jérémie 31: 35-37.) C’est aussi le même Dieu qui jugera les cœurs des membres de l’UNESCO qui cherchent à détruire Israël.

Ce vote n’a absolument rien à voir avec un désir de préservation globale du patrimoine. Mais il révèle en fait ce programme antisémite caché dans l’éducation, la science et la culture (les lettres E, S et C) de l’UNESCO. Est-ce que le monde baillera à nouveau si les palestiniens commencent une troisième intifada ? Bien sûr que non …

Les nations chercheront une fois de plus à blâmer les Juifs. Après tout, les Juifs n’occupent-t’ils pas le sol palestinien et n’usurpent-t ’ils pas un site sacré palestinien pour leur seul but de colonisation ? Évidement que non, mais nous sommes de moins en moins à le croire.