Un street artist sur les murs d’un café c’est possible ? Oui, mais pas n’importe quel café ! Un lieu de rencontres et d’échanges, le Café des Psaumes ! Un lieu parfait pour les œuvres d’Ilan Atlan.

Peinture sur miroir, collages, stickers, impression sur plexiglass, vitraux… Ilan Atlan utilise des techniques très différentes, des techniques qui varient au gré de son parcours et de ses propres rencontres.

Le dessin, riche de ses détails, permet d’extérioriser les moments difficiles où qu’il se trouve. Avec le collage, l’artiste pose ses créations où bon lui semble, sur une toile ou dans la rue.

L’impression sur plexiglass, technique découverte au détour de nouvelles expériences, donne de la stature à une silhouette.

La peinture sur miroir est le symbole même de son art cinétique, un art tout en mouvement : alors même que l’on regarde l’œuvre, la lumière s’y reflète, bouge en même temps que nous, et pour un peu, on fait partie de l’œuvre !

Les symboles représentés ne laissent pas indifférent, tout comme la spécificité du lieu.

Alors qu’au café, certains se retrouvent pour entendre sur la relation de Marx au judaïsme, à l’étage, la contemplation des motifs Judaica nous plonge dans notre être juif : les lettres hébraïques qui s’entremêlent, les collines de Jérusalem qui se dessinent à travers les fines lignes du crayon noir, ou encore les étoiles de David se baladent en nous en même temps qu’elles semblent danser sur les murs du Café des Psaumes.

Finalement, c’est toute l’identité juive qui est traversée ici. La mobilité du street art qui entre en contact avec l’art juif, donne de l’écho à l’éternel mouvement du peuple Juif en exil.

L’histoire du peuple juif est d’ailleurs racontée dans ces œuvres grâce à des portraits de grands figures : Theodor Herzl, le Rabbi de Loubavitch, Moïse, ou simplement cet enfant, dont la silhouette découpée dans les lettres hébraïques, semble nous dire que l’avenir reste à écrire.

Et l’avenir reste à écrire pour Ilan Atlan qui présente une sorte de rétrospective parisienne dans ce même Café des Psaumes qui lui avait offert sa première exposition 7 ans auparavant.

Plus qu’une exposition, c’est un spectacle à vivre, une œuvre en relief sur les murs du Café. Une œuvre vivante qui atteindra son apogée lors de la soirée de clôture du 28 décembre prochain, où les bougies de Hanoukka se reflèteront dans les miroirs et dans les âmes.

Exposition Ilan Atlan, du 14 au 29 décembre 2016, au Café des Psaumes, 16 ter rue des Rosiers, Paris 4e.

Soirée de clôture avec allumage des bougies, musique et rencontre avec l’artiste – Mercredi 28 décembre, de 17h à 21h