Ce dimanche 1er février 2015, Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem a présidé, au nom de Sa Majesté le Roi, Amir El Mouminine (Commandeur des Croyants), la remise des décorations Royales à trois représentants des religions juive, chrétienne et musulmane de France.

La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de l’Institut du Monde Arabe (IMA) en présence du Premier ministre français Manuel Valls, du ministre marocain des Affaires Islamiques, Ahmed Toufiq, qui est aussi écrivain et historien, du Secrétaire Général des Communautés Israélites du Maroc, Serge Berdugo, et du président de l’IMA, Jack Lang.

Les trois récipiendaires, tous natifs du Maroc, sont le Rabbin de Ris-Orangis, Michel Serfaty, l’Evèque d’Evry, Michel Dubost, et le Recteur de la Mosquée d’Evry, Khalil Merroun.

                       Le Rabbin de Ris-Orangis, Michel Serfaty

En décernant ces décorations à des représentants français des religions révélées, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a lancé un message de paix au peuple français et démontré que l’Islam est une religion de tolérance, d’humanité et de quiétude.

                  Le Recteur de la Mosquée d’Evry, Khalil Merroun

Par ailleurs, l’IMA a abrité, le même jour, la présentation de l’ouvrage sur « la réhabilitation des cimetières juifs du Maroc-Les Maisons de la vie ».

Un ouvrage qui repère et répertorie les 167 sites funéraires juifs réhabilités aux quatre coins du Maroc suite à une démarche exceptionnelle lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2010.

Ces 167 sites funéraires sont le reflet d’une longue histoire que le Maroc a décidé de restaurer et d’intégrer à son patrimoine, en respect au Préambule de la nouvelle Constitution marocaine.

Mémoire des lieux, lieux de mémoire arrachés au passé et à l’oubli, des dizaines de cimetières et de mausolées continuent de témoigner et de perpétuer un message de paix à l’heure des crispations et des conflits.

                                 L’Evèque d’Evry, Michel Dubost

A souligner, qu’au Maroc, les lieux de cultes, les cimetières et les traditions et cultures des religions du Livre sont protégés et garantis par la loi. Toute profanation de sites religieux, de tombes ou atteinte à une personne en raison de sa foi est sévèrement puni par la loi.

La présentation de cet ouvrage a été suivie de la projection du documentaire « Tinghir-Jerusalem, les Echos du Mellah » de Kamal Hachkar.

Un documentaire qui est le recit d’exil de Kamal Hachkar, partant à la recherche de ses origines découvre les traces d’une présence juiive berbère millénaire dans son village natal qu’il refuse de voir disparaître.

Dans ce documentaire, Kamal Achkar fait revivre tout un pan d’histoire méconnue : celle de la communauté juive berbère qui vivait en bonne entente avec les musulmans et les histoires de cette double identité partagée entre juifs et musulmans avant l’exode des années 1960.

Aussi, il est urgent d’arrêter de faire l’amalgame entre terroristes jihadistes, qui n’ont rien de musulmans, avec les vrais musulmans qui pratiquent leur culte en toute quiétude, comme les chrétiens et les juifs.

Le Maroc, riche d’une culture ancrée dans l’histoire millénaire, reste fermement attaché aux valeurs de modération, de dialogue et de respect de l’autre.

Le Royaume du Maroc, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a toujours proclamé avec force son attachement à la diversité des cultures et des religions.

De plus, le Maroc demeure l’unique pays au monde doté d’une Constitution revendiquant cette diversité.

La réconciliation des religions n’est pas, et ne peut être, une illusion pour la paix des nations et des peuples. Elle doit être une réalité.