Lors de récents reportages impliquant Marc Chagall, la compagnie de télévision Britannique British Broadcasting Corporation (BBC), a bizarrement décidé de décrire le peintre connu comme un « Russe » et « né russe.»

Sérieusement, BBC ??

Commençons avec les faits : Marc Chagall est né en 1887 dans un       « shtetl » juif en… Biélorussie. PAS en Russie du tout. La Biélorussie faisait, à l’époque, partie de l’Empire russe.

Mais si cela fait de Marc Chagall un « Russe » ou un « né russe », alors je pense que Mahatma Gandhi (né en 1869 dans ce qui était à l’époque l’Empire britannique) doit être décrit comme « britannique » ou « né britannique » !

Il va sans dire que le génie de Marc Chagall est au-dessus des frontières et limites de toute nation ; il appartient à l’humanité entière.

Mais s’il y a bien une identité nationale qui peut lui être donnée, cela ne peut qu’être « juif ». Marc Chagall est né juif ; il a vécu et est mort en tant que juif ; dans son pays natal, il a été persécuté en tant que juif ; les nazis se moquaient de son « art juif » ; et a échappé de près au fait d’être exterminé en tant que juif.

Son travail regorge de motifs juifs ; les auteurs de ses biographies le décrive comme « l’artiste juif fondamental du vingtième siècle ». « Chagall » dérive de « Segal », un nom juif ancien traditionnellement associé à la tribu Lévi.

Ce n’est pas que la BBC évite toujours d’identifier quelqu’un comme      « juif ». En mai 2012, BBC, financée par les licences, avait interviewé Norman Finkelstein, le décrivant comme « juif américain ».

Si je parle de Marc Chagall comme un « peintre connu », je ne peux que parler de Norman Finkelstein comme un « inconnu ». Entre d’autres choses, dans son livre « l’industrie de l’Holocauste », il prétend que les juifs (tels qu’Elie Wiesel entre autres) exploitent la mémoire de l’Holocauste en tant qu’ « arme idéologique ».

Si le footballeur Nicolas Anelka a récemment fait « un salut nazi inversé», Norman Finkelstein en a fait un vrai, devant les caméras, juste pour montrer qu’il peut le faire !

Comme Marc Chagall, Norman Finkelstein est né juif (de parents nés en Pologne), possède un nom juif et a vécu en France et aux États-Unis ; mais la ressemblance s’arrête là.

Norman Finkelstein, qui se décrit lui-même comme un « communiste à l’ancienne », ne vit vraiment pas comme un juif ; et son travail, s’il devait être qualifié que d’une seule chose, ce serait d’anti-juif.

Il est intéressant de voir comment la BBC fait la promotion de son interview avec Norman Finkelstein – les présidents américains ont souvent été critiqués pour leurs liens trop étroits avec le lobby juif.

Alors que se passe-t-il si les juifs américains se détachent de l’amour d’Israël ?

C’est ce que prétend l’académicien juif américain Norman Finkelstein. Il dit qu’ils sont maintenant si mécontents avec ce qu’Israël fait qu’ils veulent prendre leurs distances avec le pays.

Pas d’indice que le « lobby juif » soit une invention antisémite, tout comme la version 2.0 du « Protocole des Sages de Sion. » Et puis de l’autre côté, la BBC choisit cet individu dérangé en tant que porte-parole de « la juiverie américaine » !

Peut-être que l’un des nombreux comités éditoriaux, commissions, unités, équipes et conseils de la BBC voudraient expliquer aux propriétaires de la corporation (ceux qui payent les licences comme moi-même), par quelle logique ils ont décidé de décrire Marc Chagall comme un « Russe » et Norman Finkelstein comme « juif ».

Que se passe-t-il dans ton monde, chère BBC ? Parce que dans ce monde ci, il semble plutôt évident que Marc Chagall fut bien juif ; alors que Norman Finkelstein peut, à la rigueur, être décrit comme « né juif ».