Alors que les médias se déchaînent sur la décision de Natalie Portman de refuser le prix Genesis (le « Nobel juif ») en tant que déclaration critique du leadership d’Israël, on m’a demandé de commenter ses actions. Franchement, je n’ai rien à dire sur elle ou sur ce qu’elle a fait.

En revanche, la colère, les accusations et le ping-pong d’opinions entourant l’événement démontrent clairement que nous, en tant que peuple juif, ne sommes pas concentrés sur ce qui compte vraiment. Si c’était le cas, nous nous élèverions au-dessus de tout outrage et examinerions la question centrale : notre identité et notre fonction dans le monde.

Ce n’est un secret pour personne que les médias se nourrissent de l’hystérie en amplifiant les commentaires insignifiants des célébrités en feux de forêt de l’opinion publique. Nous devrions nous demander pourquoi cela nous fait tant plaisir ? Pourquoi nous laissons-nous entraîner dans cet effet boule de neige qui divise la société ? Pourquoi ne jouissons-nous pas d’une manière plus bénéfique sur le plan social, en nous engageant dans la création d’une société plus positivement connectée ?

Les acteurs avaient beaucoup moins d’influence dans le passé

Historiquement, les acteurs n’ont jamais été au centre du discours public comme ils le sont aujourd’hui. Par exemple, dans la Rome antique, les acteurs avaient encore moins de droits civils et politiques que leurs concitoyens. Leur capacité à passer d’un personnage et d’un comportement à l’autre les rendait « sans âme », comme s’ils manquaient de personnalité et d’identité.

En tant que tels, ils étaient considérés comme ayant un statut social inférieur. Cependant, les années 1920 ont vu la pénétration d’Hollywood dans la conscience de masse. Les acteurs ont attiré l’attention du public. Ils ont soudainement gagné en popularité et en richesse pour atteindre un statut social élevé, et leurs opinions ont également été placées sur un piédestal international.

Soutenus par l’immense force matérielle d’une industrie audacieuse, les acteurs utilisent des tendances médiatiques controversées, principalement politiques, montrant un soutien ou une opposition à l’une des parties, afin de créer du buzz et de renforcer leur image publique. C’est une question d’intérêt personnel et c’est pourquoi je n’ai pas envie de m’en occuper.

Si nous parlons du peuple juif dans l’industrie du divertissement, je m’attendrais à ce qu’il dépeigne une image authentique de l’essence juive. Plus succinctement, je m’attendrais à ce qu’ils montrent des exemples de la tendance à s’unir au-dessus des différences, une attitude gentille, aimante et bienveillante à l’égard des autres par-dessus tout, c’est ce qui définit les juifs dans leur noyau.

Une mission pour les Juifs dans l’industrie du divertissement

En termes pratiques, je recommanderais que les juifs de l’industrie du divertissement travaillent à la création d’une nouvelle vision sociale, celle d’un avenir positivement connecté où nous et l’humanité dans son ensemble parviendrions à nous connecter au-dessus de toutes nos différences.

Au lieu de romancer le passé ou de créer des fantasmes complètement éloignés de la réalité, nous devrions mettre l’accent sur ce qui peut nous rassembler : la création d’une vision de la façon dont notre société peut surmonter ses problèmes, divisions et conflits actuels et atteindre une harmonie riche en caractéristiques et expressions individuelles, renforçant continuellement une unification massive et enveloppante.

Par exemple, les cérémonies des 70 ans de célébration de l’Indépendance en Israël la semaine dernière ont sentimentalisé les luttes et les réalisations de la nation au cours des 2 000 dernières années. Des histoires de la nation recevant la Torah au mont Sinaï, en passant par 2 000 ans d’exil, les rencontres avec l’antisémitisme, la tragédie des pogroms et de l’Holocauste, le retour en Israël, et les efforts considérables et l’ingéniosité des progrès d’Israël en matière de sécurité, d’agriculture, d’économie et de haute technologie afin d’atteindre l’infrastructure nationale solide qu’Israël détient aujourd’hui, il est vrai que le peuple d’Israël a traversé beaucoup de choses et a une grande histoire à raconter.

Cependant, je changerais complètement le centre d’intérêt de cette histoire. Au lieu de nous remémorer nos réalisations passées et présentes, nous devrions les considérer comme le contexte de notre véritable défi : comment pouvons-nous réaliser une vision nouvelle et améliorée d’un avenir parfait, où au lieu de la division, du conflit, de la friction et de la lutte, nous apporterions au monde la connexion, la positivité, l’amour et le bonheur ?

Nous devrions accepter le fait qu’une portion de terre nous a été donnée comme une occasion de réaliser notre véritable identité et notre fonction dans le monde : nous unir (« aimer son prochain comme soi-même » [Lévitique 19:18]) et être un exemple de cette unité pour l’humanité (« une lumière pour les nations » [Isaïe 49:6]).

La plus grande histoire sur notre destin en tant que peuple juif n’est pas dans le passé. C’est ce qui se passe en ce moment même. Si nous travaillons à imaginer et à concrétiser cette vision de l’unité sociale, alors nous nous trouverons à vivre notre récit considérablement épique aux proportions bibliques sur une base quotidienne, moment par moment : nous commencerions à remplir le rôle pour lequel nous avons été mis ici sur cette planète.

Par conséquent, en faisant écho aux paroles de Rabbi Yéhouda Ashlag : « Je suis heureux d’être né dans une telle génération où il est permis de révéler la sagesse de la vérité » (extrait de « L’enseignement de la Kabbale et son essence »), nous avons tous accès à cette joie en nous concentrant sur une vision d’un avenir positivement connecté pour nous-mêmes et pour l’humanité, et en commençant à travailler ensemble pour concrétiser cette vision.

Le plus grand rôle des juifs est de créer un monde meilleur

Je souhaite donc que nous commencions tous à réfléchir à cette vision et à notre rôle dans cette vision, que nous en discutions, que nous la mettions en pratique et que nous en faisions la promotion les uns auprès des autres, et que les grands agrégats tels que l’industrie du divertissement et ses acteurs dont les opinions se répercutent constamment dans nos réseaux de médias, commencent également à jouer leur rôle dans cette nouvelle direction. Aujourd’hui, nous avons l’opportunité et le potentiel de déclencher une transformation majeure vers un monde positivement connecté comme nous n’en avons jamais vu auparavant, et j’espère sincèrement que nous la réaliserons.