Le colloque organisé par l’UPJF dimanche 15 juin dernier m’a laissé un
gout amer sur la situation des Juifs de France.

Toutes les instances communautaires présentes disent ne pas avoir de solution sur la survie de Juifs de France.

Or la survie de notre peuple est exceptionnelle et marquée par deux mille ans en exil bien qu’ayant a accentué les distinctions entre ses composantes. Déjà, à l’époque biblique, le peuple juif était réparti entre 12 tribus, chacune ayant son origine – descendant d’un des fils de Jacob ou Israël -, son territoire – chacune, sauf Lévi, vivant dans une région spécifique du pays, chacune ayant ses façons de vivre.

Les juifs du monde entier partagent une caractéristique commune : le déracinement.

Du berceau sepharade, l’Espagne et le Portugal, vidé de toute présence juive après les expulsions de 1492 et 1497, il ne reste, à l’époque contemporaine, que de toutes petites communautés, à nouveau autorisées, mais dont le rôle dans la vie juive actuelle est marginal.
Les autres communautés sepharad ont toutes disparu. À part quelques milliers de Juifs au Maroc, en Turquie et en Iran, il ne reste pratiquement aucune présence juive en Afrique du Nord, dans les Balkans, au Proche-Orient. Sepharad aujourd’hui vit en Israël, en France et, de façon très minoritaire, dans d’autres pays. Du berceau ashkenaze, la Rhénanie, seul a survécu le judaïsme alsacien. La branche allemande a disparu avec la Shoah et les tentatives de reconstitution d’une vie juive avec des immigrés russes n’en sont qu’à leurs balbutiements. Les communautés juives d’Afrique noire émergent.

Les communautés ashkenazes d’Europe centrale ont toutes disparu. Il n’en reste pratiquement plus ni en Pologne ni dans les autres pays.
Depuis que le peuple juif a été victime  de la barbarie qui a dévasté son pays, assassiné presque la moitié de sa population et déporté les survivants dans les quatre coins de la terre, l’unique obsession de ce peuple fut sa pérennité.

Le Juif voulait à tout prix survivre et que jamais le peuple juif ne disparaîtra de la terre. Pour cela il était urgent de s’attaquer à l’unique menace de tous les temps : l’antisémitisme, cause de la haine du juif  et de sa perte.