Il y a vingt ans, Yitzhak Rabin, Premier ministre travailliste d’Israël, fut assassiné par un extrémiste israélien hostile au processus de paix engagé entre son pays et la Palestine, ce qui avait valu à Yitzhak Rabin, Shimon Peres et Yasser Arafat, le prix Nobel de la Paix.

Le Parti socialiste rend hommage à ce camarade, visionnaire, homme d’Etat et combattant de la paix, et qui comprit qu’une paix durable entre Israël et les Palestiniens, et au-delà, passait par la reconnaissance d’un Etat de Palestine souverain, vivant en paix à côté de celui d’Israël.

Aujourd’hui, vingt ans plus tard, le Parti socialiste constate avec grande tristesse que la paix n’est pas au rendez-vous malgré les engagements des uns et des autres et que depuis trop longtemps, c’est la violence qui a primé. De tous bords, avec l’extension de la colonisation ou avec des agressions mortelles à l’arme blanche comme ces derniers jours.

En ce jour de commémoration de l’assassinat d’Yitzhak Rabin, le Parti socialiste réaffirme qu’une paix juste et durable entre les Israéliens et les Palestiniens passe comme le voulaient Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, par la reconnaissance mutuelle entre un Etat palestinien souverain et viable, sur la base des frontières de 1967, et un Etat d’Israël en sécurité.