En votant le 6 juin 2004 pour le plan de désengagement des territoires et en se retirant de façon unilatérale de la Bande de Gaza en 2005, l’Etat juif avait-il prévu un scénario de guerre avec ses voisins de Gaza?

En effet, en Septembre 2005, l’Etat d’Israël, dans un souci de paix avec ses voisins, et de respect des lois internationales achevait sous la direction de son Premier Ministre d’alors Monsieur  Ariel Sharon, son retrait unilatéral de la Bande de Gaza. Pour Monsieur Sharon, ce plan permettrait d’améliorer la sécurité d’Israël et de respecter les lois internationales, en l’absence de négociations politiques pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Qu’en est-il aujourd’hui, après  neuf ans?

Monsieur Benjamin Netanyahu qui avait marqué son désaccord à cette époque, soit  le 7 août 2005 en démissionnant du gouvernement Sharon, qualifiant ce plan « d’aveugle dans le temps », avait-il eu raison au regard de l’actualité qui se déroule sous nos yeux ?

En effet, ils sont nombreux ceux qui croient qu’il suffirait qu’Israël se retire des territoires dits occupés pour que la paix s’installe entre Israël et ses voisins. Ils se trompent ceux qui pensent ainsi, car telle n’est pas la vision des choses du côté palestinien et du Hamas qui refusent de reconnaitre à Israël son droit d’exister.

Sinon comment comprendre l’attitude du Hamas qui étant maitre de la bande de Gaza continue de faire la guerre à Israël.

Depuis son retrait de la Bande de Gaza, Israël continue de fournir aux palestiniens de la Bande de Gaza : eau, électricité, moyens de communication, réseaux d’évacuation des eaux…….et même du ciment pour construire et développer Gaza.

Mais, en lieu et place d’une volonté réelle  de  développer son territoire et de promouvoir la paix dans la région, le Hamas a choisi de retourner contre son bienfaiteur, cette opportunité qui lui a été offerte.

Les armes pour la destruction d’Israël et  pour tuer des civils israéliens n’ont cessé d’arriver à Gaza. Les palestiniens de Gaza n’ont jamais cessé de tirer des roquettes sur les villes israéliennes.  Le ciment qui arrive à Gaza a quant  à lui servi à construire des tunnels qui allant au-delà des frontières de la Bande de Gaza pénètrent dans le territoire israélien, mettant ainsi en danger la vie de millions de populations de l’Etat juif.

Depuis le 8 juillet 2014  plus de 2000 roquettes ont été tirées par les terroristes du Hamas sur les villes israéliennes. Quel aurait été le bilan en perte de vies humaines n’eut été la présence du dôme de fer déployé  en Israël pour intercepter ces roquettes ?

La communauté internationale qui s’‘indigne devant les morts palestiniennes cautionnerait-elle les actes terroristes du Hamas menés contre des civils israéliens ?

Certes nous ne pouvons que déplorer la mort de civils, mais à qui la faute ? Le Hamas n’est-il pas le premier à attaquer Israël et à se servir de sa population comme bouclier face aux soldats israéliens?

Les hôpitaux, les ambulances, les écoles et les domiciles sont utilisés à des fins terroristes. Il se sert de sa population comme bouclier face aux soldats israéliens, malgré les tracts et les appels lancés à ces populations  par l’armée israélienne avant son arrivée  sur les lieux.

Quelle armée sérieuse au monde se comporterait tel que le fait  l’armée israélienne face à un ennemi tel que le Hamas qui non seulement vous agresse en longueur de journée, creuse des tunnels depuis son territoire jusqu’au vôtre afin de vous détruire?

Qu’en ‘est-il du bilan qui établit exactement l’identité des morts palestiniennes ?

Israël communique sur l’identité de ses soldats morts au combat, mais tel n’est pas le cas du Hamas qui ne respecte aucune norme. Si le Hamas n’est donc pas capable de mener un combat contre les forces de Tsahal, pourquoi n’a-t-il pas accepté les propositions égyptiennes de cesser le feu acceptées par Israël, au lieu de se servir de sa population civil comme bouclier.

Le monde occidental tente de mettre la pression sur Israël. La solution la plus évidente ne serait-elle pas de demander l’arrêt  des tirs de roquettes et des agressions du Hamas contre l’Etat d’Israël.

Israël n’a-t-il pas le droit de se défendre et de protéger la vie de millions de personnes vivant sur son territoire face à l’agression de l’ennemi ?

A cette question, nous répondons par l’affirmative. Car, si les israéliens déposaient les armes, il n’y aurait plus d’Israël, mais si les palestiniens qui sont les agresseurs déposaient les armes, il  y aurait peut-être la paix.

«Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laisse faire »,  disait Albert Einstein.

La communauté internationale devrait attaquer le mal à sa racine.  Elle devra s’adresser avec fermeté au Hamas qui est à l’origine de ce conflit, et qui refuse d’accepter les propositions d’un cesser le feu d’où qu’elles viennent.