En 1995 Yossi Beilin était vice-ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Shimon Pérès et chargé des pourparlers avec les ‘’Palestiniens’’ représenté, alors, par le même Mahmoud Abbas.

Des négociations qui n’avaient rien donné en dépit de sa ‘’volonté de paix’’ qu’il réitère sur tous les plateaux de télévision. Impasse qu’il a continué et continue d’attribuer aux seuls représentants de l’Etat d’Israël. Notamment dans un article intitulé « Reconnaissance d’un Etat juif: une exigence aussi stupide que son refus », dans lequel il assure que cette revendication simplifiera la tâche de Benjamin Netanyahu « d’expliquer pourquoi il n’a pas abouti à un accord avec les Palestiniens » mais aussi que ces derniers « sont tombés dans le piège tendu ».

Devant une telle ‘’analyse’’ on ne peut que rester coi ! Tout en s’interrogeant quant à la place occupée par l’idéologie qui le manipule ?

Dans le corps du texte il assure que « Nous faisons face à une situation bizarre. Le nœud du problème qui peut causer l’échec de l’initiative de Kerry est une question virtuelle, qui n’a aucune signification pour notre vie, qui provient d’une exigence israélienne d’obtenir ce qui est acquis depuis longtemps et du refus palestinien d’accepter ce qu’ils ont consenti depuis longtemps ».

A quoi jouent donc les deux protagonistes ? Se moquent-ils de leurs électeurs ou…c’est l’ancien vice-ministre qui insulte l’intelligence ?

Une fois l’ami Google sollicité, celui-ci confirme sans hésitation que c’est bien Yossi Beilin qui n’est qu’un vil menteur.

Dans un article du quotidien de gauche Haaretz, repris et traduit pour le site The International Solidarity Movement – site évidemment ‘’sioniste’’ comme chacun sait -, le négociateur en chef Saëb Erekat assure que « Les Palestiniens n’accepteront pas Israël en tant qu' »Etat juif » ».

Cet article daté du 13 novembre 2007 confirme également qu’Ehud Olmert, alors Premier ministre israélien, « fixera comme condition préalable, que les Palestiniens reconnaissent Israël en tant  »qu’État juif ».(…) Je n’ai pas l’intention de faire le moindre compromis sur la question de l’Etat juif. (…) Ce sera une condition pour notre reconnaissance d’un État palestinien ».

Où se trouve donc l’acquiescement ‘’palestinien’’ « consenti depuis longtemps » notifié par Yossi Beilin ?

A cette question basique, on pourrait même lui demandé où se trouve la reconnaissance du peuple juif entant que tel ?

Dans un article daté du 22 septembre 2010 et intitulé « La réunion entre Ayalon et Fayyad se termine mal » Salam Fayyad alors Premier ministre de l’AP refuse que le compte rendu d’une rencontre avec Dany Ayalon, alors Vice-ministre des Affaires étrangères, se réfère à la notion de « deux Etats pour deux peuples ».

 « Exigence stupide » a ânonné Yossi Beilin ?

Celui-ci est la preuve vivante des méfaits qu’une idéologie fétide active peut provoquer sur certains, l’objectif final justifiant les moyens employés.

Les mensonges et mystifications utilisés par celle-ci l’ayant totalement discrédité, elle n’a eu d’autres gains, jusqu’à ce jour, que de voir ce diplomate à la retraite cantonné avec ses amis politiques dans l’opposition depuis plus de quatorze années, les israéliens n’étant pas, par nature, suicidaires.