Le marché de Mahane Yehuda fait partie intégrante de la vie quotidienne de tout habitant de Jérusalem. Les sons, les odeurs, les couleurs, les cohues, la mixité des cultures, les différentes religions et les degrés de religiosité, tout ceci se retrouve tous les jours et à toute heure dans ce marché étonnant.

A tel point que qu’il est devenu un lieu touristique incontournable où les occidentaux sont à la fois ravis et surpris, attirés et intimidés par l’ambiance décidément moyen-orientale qui y règne et le sentiment de faire un retour dans le temps dans un pays autrement à la pointe de la modernité.

Alors qu’il est normal de se sentir un tantinet claustrophobe les jours de semaine et plus particulièrement le vendredi lorsque les clients se pressent auprès des vendeurs qui, voulant se débarrasser de leur marchandise avant le Shabbat écrasent les prix, il en est tout autre le Shabbat.

Le stand de Halva au Marché Mahane Yehuda à Jerusalem

Ce jour-là, les volets sont baissés, le marché devient silencieux et les chats sont enfin libres de se promener à la recherche de leur nourriture quotidienne, sans crainte de se faire chasser. D’ailleurs, une fois fermé, le marché revêt une toute autre apparence : les volets baissés ont servis de « toile » à l’artiste Solomon Souza qui, l’année dernière seulement a laissé sa marque distinctive et ravissante sur le marché.

Golda Meir par l'artiste Solomon Souza

Et le soir, lorsque les magasins sont fermés, une nouvelle vie s’y installe avec restaurants et bars à bière, vins et spectacles musicaux…la réputation que Jérusalem avait d’être une ville endormie n’a décidément plus lieu d’être et Mahane Yehuda n’est qu’un des quartiers de la ville où il y a une vie nocturne branchée, vibrante et dynamique.

Le quartier de Mahane Yehuda, qui a donné son nom au marché, et adjacent à la rue principale, la route de Jaffa (ainsi nommée car elle menait au port de Jaffa au 19ème siècle) a été fondé en 1887 par Josef Navon, Johannes Frutiger et Shalom Konstrum, trois amis. Ils nommèrent le quartier Yehuda d’après le frère de Navon.

C’était un des tous premiers quartiers hors-les-murs de Jérusalem et de nombreux petits marchands arabes s’y installèrent dans de petites échoppes pour y vendre leurs produits. Ce marché, tel que nous le voyons aujourd’hui, date des années 30 lorsque la Palestine était sous mandat britannique. Il était dans un état si délabré que les autorités imposèrent une organisation et une rénovation intégrale à la charge des commerçants. Et ils le firent en effet avec l’aide de la banque Halva’ah ve-Hisahon qui accepta d’apporter son soutien à condition qu’une plaque en son honneur y soit installée…les prémices de la pub?
Marché Mahane Yehuda JérusalemLa plaque est encore visible aujourd’hui alors que la banque a disparu depuis bien longtemps! On se doit de noter que bien que le marché avait un aspect tout à fait couleur locale, la route de Jaffa, elle, avait été refaite déjà quelques années auparavant en 1869 pour accueillir l’Empereur Franz Josef d’Autriche et devint ainsi la première route à être bitumée à Jérusalem.

La route de Jaffa est longue et va de la municipalité à la gare centrale des bus. Il y a beaucoup de choses intéressantes à y voir et dignes d’intérêt. En voici quelques-uns : au numéro 92 se trouve la synagogue Zoharei Hammah (Rayons de Soleil) avec son impressionnant cadran solaire en façade. Construite en 1908 par le Rabbi Samuel Levy, immigré des Etats-Unis, il servit à accueillir visiteurs et pèlerins juifs alors que l’étage supérieur servait de synagogue et centre d’études communautaire. Les prières se faisaient au lever du jour et pour être certains de les faire à l’heure juste, il fit installer par le maitre horloger Moshe Shapira un système d’horloge connecté au cadran solaire.

Un incendie détruisit cette partie du bâtiment dans les années 40 et la municipalité de Jérusalem reconstruisit le tout dans les années 80 mais ce n’est plus qu’une sorte de curiosité historique, le cadran solaire ne fonctionnant plus depuis bien longtemps.

Au numéro 107 de la route de Jaffa se trouve une maison agrémentée de deux statues de lions. Cette maison est aujourd’hui le commissariat de police du quartier mais fut, à l’origine un des 17 postes de garde ottomans sur la route qui reliait Jérusalem à Jaffa. Au tournant du siècle dernier, la maison était louée par la famille Aryeh qui installèrent les deux lions car Aryeh signifie lions et c’était sans doute plus original et seyant d’avoir des lions devant sa maison qu’une vulgaire boîte aux lettres avec son nom dessus! La famille Aryeh opérait un service de transport entre Jérusalem et la côte. Avant eux, au milieu du 19ème siècle, le Consul de Grande-Bretagne y résida (à ne pas confondre avec le Haut Commissaire Britannique durant la période mandataire qui, lui, résidait dans le quartier d’Armon HaNatziv dans le bâtiment qui aujourd’hui abrite le siège des Nations unis à Jérusalem).

Enfin, au numéro 86 se trouve un bâtiment assez imposant et chic mais qui renferme une bien triste et sordide histoire : en 1882, le fils unique d’un riche Arabe chrétien allait se marier et toute la famille se réjouissait au point où ses parents firent construire cette belle demeure comme cadeau de mariage aux futurs époux.

Malheureusement, la veille du mariage, le jeune homme décéda brusquement. Incapable d’accepter l’énormité de la situation et leur douleur immense, les parents procédèrent néanmoins au mariage. Ils habillèrent leur fils dans son plus bel apparat de jeune marié, l’installèrent dans sa chaise près de sa future épouse et dansèrent autour du jeune couple. A la fin, la mère du jeune homme poussa un cri de douleur incommensurable et s’évanouit et la famille alla ensuite enterrer le jeune homme. On ne sait rien des sentiments de la jeune fille ! Pendant de longues années, la maison est restée vide car personne ne voulait l’acheter, la croyant hantée. Ce n’est que vers la fin du 19ème siècle que la maison fut transformée en hôpital. Voyez-vous, Jérusalem a aussi sa propre histoire “gothique”!

La route de Jaffa est décidément bien riches en histoires….

Les photos sont la propriété de Della Tours Israel.

www.della-tours-israel.com