L’opération pacifique « Bouclier du Nord » déclenchée ces jours-ci par le génie de Tsahal pour la découverte de tunnels et la construction d’une barrière fortifiée se déroule en territoire israélien, mais risque de déborder sur une opération de grande envergure au-delà de la frontière si le Hezbollah choisit de provoquer et d’attaquer nos forces et nos villages.

Depuis la Seconde guerre du Liban de l’été 2006, il n’y a pas eu d’incident majeur avec les « fous de Dieu » installés à nos portes le long de la frontière Nord. Toutefois, le Hezbollah a renforcé considérablement ses effectifs et des enfants à partir de 13 ans sont même mobilisés au sein de ses troupes.

La milice chiite est actuellement équipée de plus de 150 000 roquettes et missiles, certains avec une haute précision de tir, pouvant « couvrir » toute la superficie de l’Etat juif.

Le Hezbollah s’apprête aussi à construire des usines et des laboratoires en territoire libanais pour éviter la destruction par Tsahal des cargaisons d’armement acheminées par l’Iran via Damas. Les informations de nos services de Renseignement crèvent les yeux, toutes les combines sont bonnes pour se préparer à la guerre religieuse chiite contre l’Etat d’Israël.

Depuis que son prédécesseur, Abbas Moussaoui, a été éliminé en février 1992, Nasrallah fait la pluie et le beau temps dans le pays du Cèdre et dicte l’ordre du jour politique et militaire.

Nasrallah est un homme arrogant et dangereux, grand serviteur de l’Iran, il focalise toujours son combat islamique contre Israël en espérant voir un jour flotter l’étendard chiite sur les minarets des mosquées du Mont du Temple et sur tous les édifices de Jérusalem.

Depuis la Seconde guerre du Liban de 2006, le Hezbollah a achevé avec l’aide d’experts iraniens de nouveaux tunnels dans la zone sud du fleuve Litani. Désormais, ils sont équipés de réseaux de communication sophistiqués et d’arrangements logistiques pour permettre aux combattants d’y passer de longues périodes. Des tunnels similaires d’attaque sont également construits près de notre frontière et nous comptons actuellement les détruire l’un après l’autre.

Le Hezbollah avec l’aide des généraux et stratèges iraniens planifie ensemble des attaques contre les habitants israéliens du Golan et de la Haute-Galilée qui, pour Nasrallah, font partie intégrante de la Grande Palestine.

Depuis plus de 12 ans, Nasrallah cherche en vain le soleil. A partir d’un bunker truffé d’armes, de munitions et de gorilles, il dirige sa milice, commande les opérations et prépare ses discours belliqueux. Ils sont enregistrés dans des studios improvisés et diffusés sur grand écran par la chaine locale du Hezbollah al Manar.

Avec son air malicieux et cynique, cet orateur inné, manipulateur et populiste, garde toujours un sourire sournois aux lèvres. En roulant des yeux furibonds, Nasrallah gagne le cœur des foules arabes, intimide les Occidentaux, et fait surtout peur aux Libanais.

Pourtant, les Libanais sunnites et chrétiens tentent de ne pas s’associer aux caprices de ce mégalomane « fou de Dieu ». Ils ne veulent surtout pas une nouvelle guerre qui serait pour eux désastreuse et chaotique.

Les pays occidentaux, dont la France, laissent toujours faire et demeurent impuissants. Certes, ils fournissent à l’armée libanaise des armes pour se défendre mais ignorent que cette armée est aux ordres du Hezbollah.

Récemment, un groupe d’activistes, d’avocats, de journalistes et de professeurs d’université libanais ont mis sur pied un comité constitutif d’un nouveau rassemblement. Son objectif est de réhabiliter la souveraineté de l’État libanais en contrant le Hezbollah, de désarmer tous ceux opérant sur le territoire. Cette nouvelle résistance pacifique contre le Hezbollah est très délicate et complexe et risque de déclencher une fois encore une guerre civile. Il s’agit bien d’une mission quasiment impossible.

Israël ne souhaite pas une nouvelle guerre mais tient responsable le gouvernement libanais de toute violation ou agression de la part du Hezbollah.

Jusqu’à ce jour tous les avertissements par la voie diplomatique n’ont pas réussi à calmer les intentions belliqueuses de Nasrallah.

Cet homme est dangereux non seulement pour Israël et toute la région, mais aussi pour le peuple libanais. Par la ruse, l’intrigue et la terreur, il exporte avec ses mentors iraniens une révolution puisée dans les tréfonds du Moyen Age.
Il devrait être mis en quarantaine, au ban de la société, et traduit en justice.

L’opération « Bouclier du Nord » est donc tout à fait légitime. Elle est minutieusement planifiée, coordonnée et approuvée par les Américains.

Si ainsi va le monde, et l’indifférence occidentale gagne fortement les esprits, eh bien Nasrallah et ses commanditaires iraniens doivent savoir qu’ils demeurent plus que jamais des cibles dans notre collimateur.

Cet article a été publié le 4 décembre sur le site http://jcpa-lecape.org/