Loin de rester statique, l’autopsie du judaïsme africain s’articule sur le projet collectif de l’avenir d’un peuple pour en orienter l’évolution et en maîtriser le cours.

Notre devoir à nous qui sommes au contact des autres juifs en diaspora
est très lourde à l’égard de nos concitoyens juifs d’Afrique. Ils attendent de nous que nous témoignions pour les nôtres, que nous les aidions à se situer dans un monde en pleine évolution.

L’histoire est la mémoire des peuples. C’est pourquoi il est de la plus haute importance pour la personnalité d’un peuple juif de cultiver cette mémoire collective ou, au contraire, d’en laisser oblitérer les trésors.

Ainsi, le fait de reprendre conscience de son histoire est un signe de renaissance pour un peuple. Tout cela justifie amplement la tentative de voir quelle place tient l’histoire du judaïsme africain dans l’évolution de la conscience collective chez le peuple juif et, singulièrement,
chez les israéliens.