Dans son discours d’investiture à la Knesset, lors de son élection à la présidence de l’Etat d’Israël en 2007, Shimon Peres a raconté sa dernière rencontre avec son grand-père maternel le rabbin Zvi Hirch Meltzer.

Le rav Zvi Hirch Meltzer, est le descendant du célèbre rabbi Haim de Volozhin, le sage de la ville de Valojyn au tout début du 19e siècle. Sa fille, la mère de Shimon Peres épouse un des jeunes juifs militant du mouvement sioniste naissant dans la Pologne d’alors.

“Nous n’étions pas religieux à la maison, je ne suis pas religieux”, a raconté Shimon Pérès, “mais mon grand-père a influencé toute mon existence, il m’a fait découvrir le monde juif, le monde de la yeshiva, les pages du Talmud, la bibliothèque juive, le judaïsme.”

Un jour, Shimon, avait alors 4 ans, toute la famille sous l’influence du grand-père se rend à Radin, la ville du célèbre Hafetz Haim, qui lui fait une bénédiction, de vivre de longs jours. ”Je crois que je suis arrivé à cet âge,” dit Shimon Peres, le jour de ces 90 ans, “grâce à la bénédiction du grand sage qu’était le Hafetz Haim”. (Qui s’est d’ailleurs aussi éteint à l’âge de 94 ans, le 24 du mois d’Eloul, exactement comme Shimon Peres).

En 1934, le père de Shimon Peres est déjà en Palestine. Shimon, sa mère et son frère, quittent à leur tour la Pologne. Sur le quai du train, le rav Zvi, prend la main de son petit-fils, et lui dit ; “Shimon, n’oublie jamais, tu es juif, Shema Israël, rappelle toi, toujours, reste juif toujours.”

“Je me rappelle encore la voix de mon grand-père“ racontera Shimon Peres. Son grand-père ainsi que toute la famille de son père et de sa mère furent assassinés par les nazis, quelques années plus tard.

Cet article a été publié sur le site En direct de Jérusalem.