Le Président de l’Autorité palestinienne (AP), réagissant à la promesse de Barack Obama de faire pression sur les ‘’Palestiniens’’ afin de parvenir à un « accord-cadre », a affirmé qu’il est « important pour vous de savoir, Monsieur le président, qu’il ne nous reste plus rien sur quoi nous pouvons faire des concessions. Ne vous faites pas partenaire avec Netanyahu afin de nous mettre au pied du mur, parce que les choix qui s’offrent à nous sont limités et clairs ».

Le sourire ne devant pas étouffer l’intelligence du spectateur israélien il est intéressant de s’arrêter sur ces fameuses « concessions ».

« Nous n’allons pas chercher à inonder Israël avec des millions de réfugiés pour changer son caractère social. C’est un mensonge », a martelé le président de l’AP. « Pas un réfugié ne retournera en Israël sans accord israélien. Mais j’attends d’Israël qu’il fixe un quota de réfugiés qu’il acceptera chaque année».

Les Israéliens, pourtant farceurs par nature, se rappellent de la proposition à titre humanitaire, en 2008, d’Ehud Olmert de 5 000 « réfugiés » et refusée par le même Mahmoud Abbas.

Ils ne peuvent donc que pouffer lorsqu’ils entendent, de surcroît, ce même responsable réclamer un état ‘’palestinien’’ nettoyé de toutes présences  juives alors qu’il s’étalera sur la Judée et la Samarie, territoires emblématiques du Judaïsme.

Fera t-il, à l’instar du Hamas à Gaza en 2005, démolir les synagogues s’y trouvant ?

Aucun israélien n’en doute !

D’où leurs ricanements lorsqu’ils entendent ce même dirigeant suggérer que Jérusalem devienne une capitale commune pour les Israéliens et les ‘’Palestiniens’’ : « Nous laisserions la ville ouverte, et aurions deux municipalités sous un seul organe directeur. Ceci est le sens de la coexistence »

Les israéliens, face à cette nouvelle ‘’concession’’, n’imaginent pourtant pas un instant les ‘’Palestiniens’’ accepter que leur municipalité n’intègre pas le Mont du temple, premier lieu saint du judaïsme. Lieu ayant soudé le peuple juif à travers les siècles et pas même cité une seule fois dans le livre saint de l’Islam !

Ils se bidonnent encore quand le chef de l’AP leur assure qu’il a reçu      « plus d’une fois le soutien du Hamas pour un accord de paix » ou quand il exige un gel de la « colonisation » en Judée et Samarie, ainsi que de nouvelles libérations de prisonniers pour envisager une prolongation des négociations avec l’Etat d’Israël au-delà de l’échéance de fin avril 2014.

On aurait pu croire que dans la troupe de l’Olp, Mahmoud Abbas soit le seul ‘’comique’’ ! C’était sans compter sur Nabil Shaath, ancien ministre des affaires étrangères de l’AP, qui a certifié que le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington devant l’AIPAC constituait une « déclaration officielle unilatérale de fin des négociations de paix ».

Ouf ! On avait trop ri !